jonesboleleopardQuand Harry Hole se met au vert, surtout ne pas compter sur lui pour s'offrir une cure de désinto en thalasso ou sur les rivages sereins d'une île paradisiaque. Fidèle à lui-même, c'est donc en tétant de l'opium au fond d'un bouge de Hong-Kong qu'il se refait une santé après l'éprouvante enquête qui a conduit à l'arrestation du Bonhomme de neige et à la rupture avec Rakel, laquelle a quitté la Norvège pour une destination inconnue. L'inspectrice Kaja Solness est chargée de ramener au bercail le grand échalas mal luné afin de lui faire ravaler sa lettre de démission et de se remettre au boulot car, pendant que Hole se la joue ascète au fond de sa piaule minable, on assassine à tour de bras à Oslo avec une imagination digne du meilleur raffinement chinois en matière de torture.
Une fois quelques formalités réglées, le voilà donc à nouveau foulant le sol natal, coincé entre rivalités des services de police et un lit d'hôpital où se meurt son père.

"Il aimait bien Harry Hole, et ce depuis le premier instant où il avait vu le grand Norvégien athlétique mais manifestement alcoolique entrer dans Happy River pour miser sur le mauvais cheval ce qui lui restait d'argent. Il y avait quelque chose dans son regard teigneux, son attitude arrogante, la vigilance qu'exprimait tout son corps, qui lui rappelait une part de lui-même quand il était jeune mercenaire en Afrique."

Moi aussi, j'aime bien Harry Hole. Mais là, j'avoue que j'ai subitement douté de mon affection et pensé que j'allais l'abandonner à ses démons dès les premières pages. D'emblée, ça commence très fort côté hémoglobine, puis très vite s'intercalent les réflexions morbides d'un personnage qu'on suppose être responsable du pervers chapitre I . Et je n'en étais qu'à la page 18... Je me suis dis qu'à ce rythme-là, je ne tiendrai pas la distance, 847 pages à souffrir, c'est long, même pour les beaux yeux d'Harry...  J'ai même cru soudain que l'auteur avait demandé la nationalité américaine pour m'embarquer dans ce thriller où cruauté et perversité se disputent la vedette. Bon, page 19 je retrouve enfin des gens civilisés - à savoir les flics - et, de fil en aiguille et de verre en verre, me voilà embringuée dans cette histoire aussi invraisemblable que bien ficelée et, il faut bien l'avouer, je ne l'ai pas lâchée malgré de nombreuses sueurs froides et quelques haut le coeur qui n'ont rien à voir avec ma consommation d'alcool. Et ce ne sont pas une ou deux virées en Afrique du côté du Congo ou du Rwanda qui sont venues détendre l'atmosphère.

"Masques Maï-Maï, expliqua van Boorst. Ils pensent que s'ils se plongent dans l'eau bénite, les balles de leurs ennemis ne les blesseront pas. Parce que les balles aussi se transformeront en eau. La guérilla Maï-Maï est entrée en lutte contre l'armée gouvernementale à coups d'arc et de flèches, avec des charlottes sur la tête et des bondes de baignoires en guise d'amulettes. Je ne me paie pas votre tête, monsieur. Ils ont été ratatinés, bien sûr. Mais ils aiment l'eau, les Maï-Maï. Et les masques peints en blanc. Ainsi que les coeurs et les reins de leurs ennemis. Poêlés, avec de la purée de maïs."

Donc, accrochez-vous si vous souhaitez suivre le huitième épisode des aventures d'Harry Hole. Si je vous dis que c'est encore dans la chambre d'hôpital où s'éteint le père d'Harry que je me suis sentie le mieux, ça donne une idée de la gaité de l'ensemble. Heureusement on retrouve, un peu trop brièvement à mon goût, quelques-unes des sympathiques collègues d'Harry, notamment Beate Lønn et Katrine Bratt, et le toujours chaleureux et vieux copain taxi, Øystein, qui  fait office de bouffée d'air pur dans ce climat délétère, sans oublier la bien-aimée Frangine. Et puis bien sûr, il y a Rakel, incontournable depuis Rouge-gorge. D'ailleurs à ce propos, cette souris de Rakel commence à me gonfler un brin.  non seulement elle empêche toujours le matou amoché de laisser cicatriser ses blessures - alors qu'il y aurait un tas de chouettes fliquettes prêtes à s'en occuper-  mais ça ménerve que ce grand costaud d'Harry, capable d'infliger les pires souffrances à son corps se montre si démuni quand il s'agit de protéger son coeur d'artichaut...

"- Nous sommes tous corruptibles. Nous exigeons juste des prix différents. En monnaies différentes. La tienne, c'est l'amour. La mienne, c'est l'anesthésie. Et tu sais quoi...La cafetière chanta de nouveau, une octave plus haut cette fois.
... je crois que ça fait de toi une meilleure personne que moi. Café ?"

Au final, un bon Nesbø malgré une patte gore serial-killer un peu outrancière à mon goût (encore que l'actualité récente prouve que les sociètés scandinaves n'ont plus rien à envier à l'Amérique), alors préparez vos anesthésiants favoris pour suivre la cadence, j'avoue avoir sauté quelques descriptions malgré la tablette de chocolat prévue pour calmer mes angoisses ! Petit bonus de l'édition poche, le premier chapitre du prochain épisode extrait de Le fantôme - à venir chez Gallimard, mais pas encore de date prévue - sans doute pour nous récompenser d'être arrivés jusqu'à la dernière page de ce pavé qui laisse un sale goût dans la bouche, pomme de Léopold ou pas (vous comprendrez en lisant)... Une dernière chose encore, toujours pour l'édition poche qui , sur un bandeau jaune pétant, en appelle à Millénium; la comparaison n'est pas flagrante et je pense que  l'auteur n'a pas besoin de ce marketing racoleur pour vendre ses bouquins.

L'avis de DASOLA

Le léopard     Jo Nesbø      Editions Folio policier

felin_068