product_9782070466122_195x320Voilà que j'ai enfin lu ce roman aux "dix millions de lecteurs" comme l'annonce le bandeau rouge de la présente édition ! L'avantage, c'est qu'il n'y a plus grand chose de neuf à en dire. J'avoue qu'au final cet engouement général m'a un peu surprise. L'histoire de ces deux gamines ne m'a pas d'emblée transportée. Cependant, je me suis laissée entraîner dans ce quartier populaire napolitain aux allures de village, sans déplaisir mais sans enthousiasme débordant non plus.

"Nous en discutâmes longuement. Nous avions douze ans et nous marchions sans fin dans les rues brûlantes du quartier, au milieu des mouches et de la poussière que les vieux camions soulevaient sur leur passage, comme deux petites vieilles qui font le point sur leur vie pleine de déceptions, en se serrant l'une contre l'autre."

L'amitié à géométrie variable des deux protagonistes est au centre du roman, avec en toile de fond la pauvreté et la violence ordinaire, machiste ou mafieuse, et l'émergence de la modernité. En ce début des années 60, la condition féminine n'est guère plus reluisante, soit promotion sociale via le mariage, soit les études au risque de se retrouver prise dans un conflit de loyauté vis à vis de son milieu. Après tergiversations, les deux héroïnes emprunteront chacune un chemin différent. Contre toute attente, la rebelle rentre apparemment dans le rang et la timorée va s'émanciper. 

Plaidoyer pour l'éducation, ce roman est agréable à lire. Certains aspects pourraient être transposés dans n'importe quel pays, de même que l'ambivalence des sentiments qui caractérise l'adolescence. Bref, je suis toujours à la recherche de la prodigiosité de cette amitié qui a fait couler tant d'encre. Pas sûre de lire la suite... sauf s'il y est question de chaussures italiennes, pour lesquelles j'avoue avoir un faible !

Dernière lecture italienne pour le Défi littéraire de Madame lit.

L'amie prodigieuse     Elena Ferrante (traduction Elsa Damien)     Editions Folio

logo-madamealu