lundi 14 mai 2018

Pataquès au Potala

9782290029817Bastien, vieux gardien lyonnais à la retraite, pratiquant le tai-chi, féru de langues orientales, de mandalas et de bouddhisme tibétain, vit dans le même immeuble que Rose, mère d'un petit Paul et historienne passionnée par Alexandra David-Néel. Ces deux-là étaient forcément faits pour s'entendre et se retrouver à fouler ensemble le sol de Lhassa. Cette aventure nous est contée via Paul, devenu adulte et écrivain, qui envoie à sa mère les épreuves de son roman qu'elle commente, rectifie et enrichie, se remémorant cette année 1986 et son escapade tibétaine improvisée en compagnie de Bastien, dont le passé trouble va peut-être se révéler au pied du Potala.

"Si vous vous intéressez un peu au Tibet, vous savez que les coïncidences n'existent pas, il n'y a que des rencontres nécessaires."

De part son format court, à peine 150 pages, ce texte est plus proche de la fable que du roman. J'avoue que plusieurs centaines de pages supplémentaires, dans la même veine que L'île du Point Némo, n'auraient pas été pour me déplaire et je me serais volontiers laissée embarquer pour un roman d'aventure délirant auquel, à mon humble avis, le Tibet se prêtait bien. Mais tel n'était pas le propos de l'auteur. En place de quoi, ce texte a pour ambition de nous donner à réfléchir à la fabrication et la place de la fiction dans notre vie mais aussi dans l'Histoire. Car c'est autour des supposées Brigades tibétaines du IIIe Reich que tourne le mystère de Bastien.

L'auteur s'y entend à merveille pour démonter, références historiques et littéraires à l'appui, la construction d'un mysticisme nazi s'enracinant dans les sociétés secrètes qui fleurissent dès le XVIIe siècle jusqu'à une littérature ésotérique, en pleine essor au début du XXe, qui prône déjà l'existence d'un surhomme germanique. Littérature fallacieuse et sans aucun fondement historique mais qui fascinera Himmler. On connait la suite. Et on pense, hélas, que ce ramassis d'élucubrations alimente encore de nos jours certains groupuscules, aussi primaires que dangereux, ou le discours de personnalités plus en vue, qui croient encore à la véracité des Protocoles de Sion, pour ne citer que cette référence. Donc, exit les Brigades tibétaines, même si une expédition scientifique allemande a bien eu lieu dans les années 30. 

"Depuis que les hommes ne croient plus en Dieu, dit-il en soupirant, ce n'est pas qu'ils ne croient plus en rien, c'est qu'ils sont prêts à croire en tout… Une remarque de Chesterton, si j'ai bonne mémoire."

Ce livre évoque en arrière-fond la présence chinoise et sa politique de tabula rasa. Ici, l'extrait évoque un des plus anciens sanctuaires détruit en 1959, L'Ecole de médecine sur Chakpori - la colline de fer - (une des collines sacrées du Tibet central), et depuis remplacé par une antenne-relais :

"Vingt-sept ans après la destruction du temple, les Tibétains s'y pressaient toujours par milliers ; sans rien changer à leurs habitudes, ils suspendaient leurs prières aux montants du pylône, brûlaient leurs bâtonnets d'encens, se prosternaient devant lui avec une dévotion intacte. Le temple de la médecine n'avait pas été rasé, il était seulement devenu invisible, immatériel."

Un petit livre qui se lit très vite. Une sympathique digression sur le mensonge et la fiction et qui nous rappelle que, s'il ne faut pas croire tout ce qu'on nous raconte ni tout ce qu'on lit, leurs pouvoirs, s'ils se révèlent parfois néfastes, peuvent aussi aider... Et en prime, un aperçu du Tibet d'où l'auteur a rapporté quelques instantanés alors qu'il enseignait en Chine dans les années 80.

"Les étals regorgent d'outres de beurre, de barates effilées comme des carquois, de quartiers de viande posés sur des cartons gorgés de sang ; peaux de moutons, cuirs de yacks, briques de thé séché débordent des sacs en jute. Dans les odeurs de tourbe et de beurre rance, un arracheur de dents chinois exerce son métier sur un apache, torsade amarante dans les cheveux, qui repousse la fraise pour mieux tirer sur son mégot. La tête enfouie dans une toque de fourrure géante, à croire qu'il a trois renards vivants entortillés sur le crane, un Tibétain parcheminé vend sa camelote de faux jade. Ici, des petites pommes enrobées de caramel rouge, là des colliers de fromage en rondelles, dures comme de la pierre. Les sourds mugissements d'un groupe de moines avec cloches et tambourins à boules fouettantes dominent cette cohue."

La montagne de minuit     Jean-Marie Blas de Roblès     Editions J'ai lu

 

image1-456-x-275-1511435201566-e24aa538a32242a49b3aa596cf08d431

Le Chagpori, fondé en 1695, avant sa destruction en 1959  (source ici)

309Blick_auf_Chokpori

Et après  (source ici)

 

Posté par Moustafette à 00:12 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 7 novembre 2010

Un homme heureux !

9782253122630Imaginez-le, plongé dans un bain brûlant alors que la température extérieure n'excède pas les 4 ou 5° Celsius, la baignoire gonflable plantée dans le décor grandiose de la chaîne himalayenne, l'homme dégustant dans son bain une coupe de champagne, avec en fond sonore Norma qui crépite sur un vieux gramophone pendant qu'un tafelspitz mijote sur le feu...

Nous sommes dans les années vingt et cet homme se nomme Joseph Francis Rock. Tel que nous le surprenons là dans ce grand moment d'intimité, il est en train de rêver à sa prochaine destination, le pays Golok, terre encore inexplorée. Et pour cause... menées par une reine les tribus nomades qui y règnent sont d'une extrême sauvagerie. Depuis qu'un vieil espion britannique, rencontré une veille de nouvel an dans un pub de la frontière birmane, a confié à Rock l'existence de ce royaume des femmes, "ultime vestige du peuple des Amazones...", c'est devenu une obsession. Il doit y aller, il va y aller, il y va...

Rock n'en est pas à sa première expédition. Il a fui son Autriche natale à sa majorité, bourlingué en Europe et en Amérique, s'est improvisé professeur et botaniste, a enseigné à l'université d'Honolulu où il s'est vu confié une première mission exploratrice en Amérique du Sud. De fil en aiguille, d'autres portes lui sont ouvertes et pas les moins prestigieuses, Harvard, National Geographic. Séduction et filouterie lui permettent toujours d'arriver à ses fins.
Cette fois-ci encore, sous couvert de faune et flore inconnues et d'une montagne sans doute plus haute que l'Everest, Rock va trouver les moyens de faire financer sa quête de la terre promise.

" Au fond des jumelles, l'hiver dessine les ombres à la paresseuse, au plus pâle, en contours frêles. L'or, lui, depuis les faîtières des temples, ruisselle toujours en longues coulées huileuses. Claquements d'oriflammes, pluie de couleurs d'enfance, vert prairie, bleu éther, jaune pissenlit. Et ce rouge tellement franc du collier !
En contrebas de la ville, dans la ceinture ocreuse de la muraille, continue de se nicher toute la vieillesse du monde - grêle de flèches, ombres de chevaux cabrés, fantômes d'archets. Choni n'a pas changé. La profondeur des siècles, comme avant. Et, en même temps, la fraîche évidence de l'instant.
La neige, ici, n'est tombée que sur les sommets. Ce soir, sur la terrasse à la pivoine, quand le bras se tendra pour tâter l'air de soie noire, on croira encore frôler la robe des étoiles."

Nous peinons avec ce cher Rock dans le froid et les tempêtes de neige, traversons les contrées sauvages aux confins du Tibet et de la Chine, nous reposons le temps d'un hiver dans le palais du prince de Choni, attendons la fin des intempéries dans les monastères, croisons chamanes, missionnaires pentecôtistes, colporteurs, brigands, voyageurs, dont la célèbre Alexandra David-Neel, évitons les Seigneurs de la guerre et les troupes de Tchang Kaï-chek. Comme les populations rencontrées, nous rigolons devant les extravagances de Rock et, avec lui, ne tendons plus qu'à une seule chose, la rencontre avec la célèbre Reine des Goloks.

"Plus on avança, plus les femmes se firent charpentées et puissantes, plus on leur devina des jambes bien plantées sous leurs houppelandes de laine brute, et de solides croupes de cavalières. Vers la caravane elles levaient de longues faces d'antilopes où ne se lisait pas la peur (...) C'étaient maintenant les cheveux des filles nomades, de plus en plus épais; leurs cascades de nattes, elles-mêmes de plus en plus alourdies de perles de corail, turquoises, boules d'ambre, billes d'argent, parfois."

Rock atteindra-t-il enfin le pays des Goloks ? Ne comptez pas sur moi pour vous le dire, mais ce qui est sûr c'est qu'il découvrira quelque chose qu'il n'était pas venu chercher...

Bref, si vous tentez l'aventure, vous l'aurez compris, un roman haut en couleur vous attend.

Mais ce cher Rock n'est pas seulement un personnage de roman. Il a réellement existé et l'auteur prend soin dans sa préface d'informer le lecteur qu'elle n'a rien inventé. Précision nécessaire tant la personnalité et la vie de J.F Rock sont incroyables. La preuve ICI

L'auteur mêle habilement les éléments autobiographiques à la réalité de l'expédition. Elle brosse le portrait d'un personnage truculent, obsessionnel à souhait, navigant sans cesse entre enthousiasme et abattement, féru de langues, de photographie, de botanique et d'ethnologie et qui, jusqu'à la fin de ses jours, restera un éternel bourlingueur.

Première rencontre avec Irène Frain. Un vrai talent de conteuse et une formidable idée que cette biographie romancée qui rend un bel hommage à cet homme à la vie exceptionnelle et témoigne d'un temps révolu, celui des grands explorateurs (sans GPS ni portable ni balise argos mais avec baignoire et gramophone !).

 

Au Royaume des Femmes     Irène Frain     Editions Le Livre de Poche

 

 Joseph_20Francis_20Charles_20Rock

Posté par Moustafette à 16:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 14 juillet 2007

Lass(ha)itude !

9782757804674Prenez des scientifiques tout ce qu'il y a de plus sérieux, des barbouzes américains et anglais, des hommes politiques corrompus, ajoutez la reine d'Angleterre, un ancien des services secrets de sa majesté, quelques lamas tibétains exilés, agitez tout ce petit monde et faites-le courir tout autour de la planète, et au moment de servir, saupoudrez d'informatique, d'électronique et d'éléments fantastiques religieux.
Voilà, c'est prêt.
Un cocktail explosif, lourd à digérer et qui m'est resté sur l'estomac.

"Il pleuvait à torrent sur les lauriers, devant les vastes baies vitrées du 91 Lyndhurst Crescent. Un gros matou tigré venu s'abriter sur le rebord de la fenêtre se leva, s'étira et s'évanouit dans la nuit pour aller ratisser le voisinage cossu : ce serait bien le diable s'il ne trouvait pas une ou deux misérables souris à se mettre sous la dent. Elle n'avait rien d'extraordinaire, cette fenêtre. Et pourtant, ce fut derrière ses carreaux, dans la douillette torpeur d'un salon bourgeois, que commença une série d'événements qui allaient changer la face du monde."

Et ça va être épuisant et décevant.
Des méchants politiciens véreux, qui sont de mèche avec de sales industriels capitalistes, inondent le tiers-monde d'OGM traficotés, afin de réduire la population à néant et ne pas perdre la main mise sur l'économie mondiale.
Les bons, c'est à dire les scientifiques, l'ancien des services secrets et les lamas, vont tout faire pour les en empêcher. Et croyez-moi, ils sont vraiment dans les petits papiers de Bouddha. Ils trouvent toujours une voiture, pour remplacer celle qui est repérée par les méchants. Leurs téléphones sont truffés de micros hyper-sophistiqués, qu'importe ils ont le dernier truc qui permet de les déceler. Il leur faut voyager incognito, ça tombe bien ils ont un pote qui posséde un petit avion privé qui leur permet d'échapper aux tueurs. Crapahuter autour de la planète, ça coûte bonbon, pas de problème, y en a une qui a des tableaux de maître dont elle ne sait que faire, alors elle les vend pour la bonne cause. Et là accrochez-vous, quand ils sont un peu coincés, les rêves viennent à leur secours (merci le bouddhisme) et leur indiquent où trouver des indices. Et ça tombe bien, ils sont juste à côté de la grotte perdue au fin fond du Périgord où un lama a caché, quelques centaines d'années auparavant, ce petit quelque chose qui les aidera à déjouer le complot; quand ce n'est pas la reine d'Angleterre elle-même qui vole à leur secours.

Mais de qui se moque-t-on ?
Et le Tibet dans tout ça ? On n'y met pas l'once d'un orteil.
Et l'auteur ? Tibétain ? Ouais, si on veut, je m'appelle bien Moustafette. Je n'ai rien trouvé sur lui, ni dans le bouquin, ni chez l'éditeur. Pourtant ça court pas les rues les auteurs tibétains, mais non, rien.
S'il a pas dû voir l'Himalaya depuis un bon moment, et pour cause, il a bien assimilé la culture occidentale, notamment celle du marketing, pour ne pas dire de l'arnaque.
Et c'est facile de dire que "le tout repose sur du vécu réel"...

Bref, en ce 14 Juillet, un peu en pétard, la fille !

Tibet or not Tibet     Péma Dordjé     Editions Points Seuil Policier

stupa

Posté par Moustafette à 21:46 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :