mardi 15 mai 2007

Pour les fans !

Ou si Anna GAVALDA était un homme, ça donnerait ... 
Tournez cette page.
Et vous le saurez !

Posté par Moustafette à 20:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

Chut ....

9782070315284Par une chaude journée d'été, une femme revient trente ans après dans la maison où elle passait ses vacances. Le village est désert, la maison abandonnée et le jardin en friche.
Autrefois, en ces lieux et autour de cette enfant évoluait un quintet infernal. Solitaire, bougonne et imprévisible, elle observe les adultes et pressent leurs incohérences; jusqu'au jour où survient un drame.

A tour de rôle, chaque personnage nous conte un fragment de l'histoire familiale.
A tour de voix, chacun s'explique les raisons qui ont conduit au triste dénouement.
En 158 pages, on nous livre un parfait petit manuel de manipulation, ou comment faire germer une idée dans la tête de quelqu'un, tout en lui laissant croire qu'il en est l'auteur. Gisèle Fournier dissèque à la perfection les vengeances et les engrenages, les fausses interprétations et les impressions tronquées,  les explications ratées et les retours de manivelle. Tout ce qui fait que l'on s'enferme dans le non-dit.

Le tout est relaté sur un ton juste, simple, presque désaffecté, comme pour tenir encore à distance les culpabilités et les émotions si longtemps étouffées.
Une personne détient la clef. Un indice est abandonné dans la maison vide. La narratrice le trouve et peut enfin savoir. Mais s'en saisira-t-elle ? Ou préfèrera-t-elle continuer à subir le poids du mensonge et de l'incertitude ?
Un beau texte, court mais vrai.

" A travers les feuilles, une balançoire de fortune.(...) Une petite fille. Elle se balance. Avec application. Le bas de sa robe se relève par intermittence. Et découvre ses jambes, à peine brunies au-dessous de la marque blanche laissée par le short. Je l'appelle. Elle tourne la tête. Elle a le visage fermé. J'ai douze ans. Ou treize ans."

Non-dits     Gisèle Fournier     Editions Folio

plante086

 

 

Posté par Moustafette à 16:28 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 13 mai 2007

Luminothérapie d'urgence !

9782264036346C'est un traitement qui, parait-il, a fait ses preuves. Dans les pays nordiques, il aide à lutter contre les dépressions saisonnières dues à l'absence de luminosité. Et c'est ce qu'il faudrait aux héros de ce roman, avant que cela tourne au drame.
Ce livre est étonnant car on est en permanence sur le fil du rasoir.
Je vous plante brièvement le décors. Nous sommes en Suède quelques années avant l'an 2000. Nous suivons cinq personnages entre Noël et la Saint-Sylvestre. A cette période de l'année la nuit tombe vers 14H30. Ajoutez à cela la baisse de moral que les fêtes de fin d'année ont souvent le don de déclencher chez certains, et vous êtes en plein dans le sujet. "Ciel gris et lourd sur la Suède. Aujourd'hui ça ne se lèvera jamais"

L'humeur de Pia vire au gris très foncé ! Solitaire, quinze kilos en plus depuis qu'elle a arrêté de fumer, une licence d'arts, au chômage et en sous-loc depuis treize ans, bon, normal qu'elle soit un chouia aigrie !
"La dernière fois que Pia est allée au café, elle s'est retrouvée assise près de trois adolescentes répugnantes qui remplissaient un test de personnalité dans une revue féminine. Elles lisaient les questions tout haut avec leurs sales voix aiguës, fumaient, mâchaient du chewing-gum, et pouffaient de rire.(...) Comment peut-on faire des tests de personnalité quand on n'a pas de personnalité à tester ! avait voulu crier Pia sans pour autant oser le faire. Au lieu de ça, elle s'était faite toute petite derrière sa tasse de café et avait eu l'impression d'avoir deux cents ans."

Hakan et Anna en sont à peu près au même point, après dix ans de mariage et deux enfants, dans leur lotissement pavillonnaire ! Et le fameux modèle suédois ne peut rien contre leur crise conjugale.
"C'est ça la vie tranquille... Prenez des ceintures de sécurité, des freins ABS et un air bag. Mélangez avec des voyages organisés, la déclaration d'impôts simplifiée. Versez ensuite sur le tout un spermicide lubrifiant et faites dorer à four moyen pendant dix minutes à mi-hauteur dans un four conforme aux normes de sécurité enfants. Et si par malheur quelque chose tournait mal, on a dix jours pour retourner la marchandise, si on a gardé le ticket de caisse."

Henning, vieil ours solitaire, reste à minima en contact avec la vie, via le courrier des lecteurs d'un tas de journaux. Il donne son avis sur tout et en profite pour déverser son fiel. Mais il fête Noël malgré lui.
"Devant son rôti de porc froid, il allume une bougie. C'est tout de même Noël. Sur la boîte de bière, il est écrit "Bière de Noël" et sur le sachet de pain, il est écrit "Brioche de Noël". Même le conditionnement du beurre est garni d'ornementations et de grelots, et affublé du nom de "Beurre de Noël". Alors là, ça doit vraiment être Noël ! "

La  grand-mère, elle, s'efforce comme tous les ans de perpétuer la tradition, tout en luttant contre une angoisse permanente. Toute aussi ravie que le reste de la famille, au moins elle ne mâche pas ses mots devant les tristes mines des uns et des autres. Par son incessante agitation, elle les pousse au bord de la crise de nerfs.
"Vous m'avez l'air drôlement déprimés, y a quelque chose qui va pas ? gémit-elle. Qu'est-ce qui ne va pas ? Vous n'êtes pas contents ? Vous ne pouvez pas être un peu heureux, c'est le réveillon tout de même. C'est trop demander, après tous ces préparatifs, que vous soyez un peu heureux ? "

Vous avez sans doute deviner que ces cinq là vont se croiser.
Si l'auteur n'était pas un célèbre provocateur suédois, on pourrait se ruer illico sur la boîte d'anti-dépresseurs.
Mais grâce à son talent, Jonas Gardell nous fait rire en découpant au scalpel les aternoiements de ses personnages et les absurdités de la vie. D'un ton incisif et caustique il nous renvoie nos petites lâchetés, nos rendez-vous manqués, et il ne se gêne pas pour nous rappeler qu'on perd souvent beaucoup de temps à rêver sa vie plutôt qu'à la vivre.

Noël ne pointera pas son nez avant sept mois, et le temps que vous vous procuriez ce bouquin, le soleil sera revenu et l'été sera là. Alors vous pourrez plonger dans ses pages et flotter toujours entre émotion et dérision, sans crainte d'être happé par la dépression ambiante.

Et un jour de plus     Jonas Gardell     Editions 10/18

sap19

 

 

Posté par Moustafette à 13:07 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 11 mai 2007

Un gardien de musée super sympa !

PIC_0089

Jeudi, temps estival sur Bordeaux. Et quand je vois la tour Pey Berlan, qui est comme un phare pour moi, je sais que ma librairie préférée n'est plus très loin !
Mais entre midi et deux, j'avais décidé d'aller voir une expo au musée des Beaux Arts. Et ce, dans deux buts, n°1 me ravir les mirettes, n°2 tester le monde du Patrimoine de l'humanité !

D'entrée de jeu, je ne suis pas déçue du voyage. J'arrive dans un grand hall où sont disposées de jolies banquettes circulaires en velours rouges. Un homme est assis sur l'une d'elles et discute avec son interlocuteur, situé à dix métres de là, on THE chaise (ceux qui ont lu le bouquin comprendront; cette chaise est-elle aux normes ? je ne le sais).
L'air de rien, tout en faisant le tour de cette immense salle, j'admire les sculptures en tendant l'oreille. Remarquez, je n'ai pas de mal à les entendre, vu qu'il n'y a que nous trois. Et de quoi qu'ils causent nos agents de contact, je vous le donne en mille ! Pile poil comme dans le bouquin, à savoir le temps entre les pauses, le repas et la débauche, et que c'est trop long si tu la prends à telle heure, et que non, moi je  préfère la prendre plus tôt, et enfin remarque ici on est au frais, etc... Je jubile !

Mais n'ayant pas que ça à faire, je me dirige vers l'homme on THE chaise et d'un air compatissant, je lui tends mon ticket afin de satisfaire mes
PIC_0077

Cette expo se tient jusqu'au 28 Mai. Voici le lien qui vous permettra de voir un petit diaporama des différents peintres présentés.

Sont aussi présentées de vieille photos en noir et blanc, mais le flash se réfléchissant dans le cadre, je ne préfère pas les afficher. Ajoutez à cela quelques céramiques et objets divers et vous faites un beau voyage...

Les aquarelles de SEBASTIEN (1909-1990) ont ma préférence. Pour la plupart, elles sont de petit format et croquent les moments de la vie quotidienne du Maroc des années 30, pays où ce peintre séjourna quelques temps. Ne sont exposées que deux grandes toiles dont celle-ci

PIC_0071

Je serais restée des heures en face de la Femme à la rose.

En ressortant, je retrouve l'homme à la chaise et alors que je prenais quelques prospectus, il m'a gentiment proposé une affiche de l'expo. Je sais déjà où je vais la mettre étant donné qu'elle mesure 176 sur 120. Et ça nous a permis d'engager la conversasion. Son collègue étant sans doute en pause, il a vu là l'occasion de passer quinze minutes avec une fille bizarre qui lui demandait s'il avait lu un livre intitulé Le Patrimoine de l'humanité et qui lui expliquait de quoi il retournait. Non, l'homme à la chaise ne connaissait pas ce roman. Comme il voulait savoir si je l'avais sur moi et que je répondais par la négative, il me rétorque sans se démonter avec son accent bordelais " Eh eh, c'est dommage, j'aurais pu vous le dédicacer !". Je lui ai promis qu'à la prochaine expo, je repassais avec !!!

Bon j'avais encore quelques achats à faire pour le Swap, et j'ai mis le cap sur la caverne aux livres dont je connais le sésame par coeur " (M')holà sur la carte bleue Moustafette ! "PIC_0086
Mais j'ai été assez raisonnable. Notez le "assez". Ce qui veut dire que j'ai pris trois livres pour X et trois pour moi.

J'ai discuté avec une cliente qui avait un carnet où elle cochait des trucs et l'espace d'un instant je me suis dit que c'était peut-être Florinette, mais je n'ai pas osé lui demander. Sur ses conseils, j'ai mis dans mon cabas Le chien Tchétchène. Il est allé rejoindre Parij d'Eric Faye et L'invention du père de Arnaud Cathrine.

A 18H, Dominique Sylvain venait présenter son dernier livre. Mais faut pas pousser, et puis j'avais un train à prendre.
Voilà, j'ai passé une bonne journée et ça valait le coup de me lever à 5H du mat !

Posté par Moustafette à 21:45 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
mercredi 9 mai 2007

La culture c'est ce qui reste quand on a tout oublié

9782842631260Si vous avez envie ou besoin de vous remonter le moral, lisez ce bouquin.
Vous rigolerez du début à la fin, en suivant les aventures de celui qui rêvait de devenir Jimi Hendrix.

Mais en attendant ce jour de gloire, notre héros doit bien vivre, et c'est sur un coup de bol qu'il réussit le concours de la fonction publique lui permettant de devenir "agent de contact". Quézaco ? Un mot nouveau pour dire gardien de musée, quoi !
Et commence alors une vie professionnelle passsionnante. " Il y a des fois où s'emmerder vaut de l'or."
C'est sûr que ce n'est pas un boulot physique, mais ne vous y fiez pas. Car outre les collègues déjantés, il s'en passe de belles dans ces hauts lieux de la culture !

L'auteur croque des portraits succulents de ces fonctionnaires qui regorgent d'activités annexes sur le lieu même de leur travail. Et en plus, ils osent se mettre en grève, prennent des touristes en otage et carburent à toutes sortes de substances.
Ah, quel dur métier que celui de "Casques bleus de la culture" !
Tout le monde y passe, le service du personnel, les syndicats, les visiteurs, les touristes, etc...

" Le contact se décompose en deux entités distinctes, quoique complémentaires: l'accueil et la sécurité.(...) La sécurité, c'était une autre paire de manches. On ne dirait pas comme ça, mais les visiteurs risquent gros dans un musée. Incendie, attentat, mouvement de panique, folie collective, geste désespéré d'un tireur fou..."

Ce livre a le ton de la bonne virée entre copains, sur fond de Doors et d'Hendrix.
Vous regarderez les oeuvres d'art sous un autre jour et vous ne vous adresserez plus à un gardien de musée de la même façon, la prochaine fois que vous pénétrerez dans l'antre du patrimoine de l'humanité.

Le Patrimoine de l'humanité     Nicolas Beaujon     Le Dilettante    

Et ça tombe bien, j'y vais demain. Je testerai et je vous raconterai les beautés que je verrai là

P0_exterieur2

Posté par Moustafette à 21:21 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

mardi 8 mai 2007

A table !

Bon, je vois que pendant que j'étais prise par des occupations bassement matérielles, ça chatchait sec dans le Souk. Et je constate que l'absence de revue de presse suscite plus de débat que sa présence. Moi je vais vous en mettre tous les jours des drapeaux si ça vous rend si bavards !!!
Mais sérieusement, vous voulez pas prendre le relais, chacun une semaine par exemple. D'une part ça aiderait à lutter contre la pensée unique moustafétienne, et d'autre part ça nous permettrait de découvrir des sites inconnus. Réfléchissez-y les uns et les autres ...

Donc de mon côté, je recevais quelques amis et j'avais mis la main à la pâte; et parallèlement je me suis repencher sur le dossier APN que je ne maîtrise pas vraiment vu le peu d'utilisation régulière que j'en fais.
Et après la rubrique "nourritures intellectuelles", voici celle plus concrète du "Soukabouf".
Je n'alimenterai pas cette catégorie très souvent, je vous préviens, alors profitez-en !

PIC_0064

Voici ce que ça donne !

Une délicieuse tarte au chèvre et au jambon de pays. Jules en a surveillé la préparation et la résolution, du début à la fin, vous pouvez lui faire confiance.
Accompagnée d'une salade et d'un petit verre de rosé, ça se mange sans faim.

BON APPETIT !

ynour31

Posté par Moustafette à 19:17 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

RONCHONNETTE

PIC_0065

A la demande de quelques curieuses, c'est la sorcière Ronchonnette,gardienne des grimoires, qui prend la suite de Mr Nougatine, parti courir d'autres feuilles, plus vertes j'en suis sûre !
Armez-vous d'une bonne loupe ...

outil_013

Posté par Moustafette à 18:14 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

Les gardiens rouquins de bouquins ...

gardien_palpolars Voilà le gardien de la pile de polars à lire !

Il peine un peu car régulièrement une main indélicate vient y déposer un volume supplémentaire. La faute à qui ?

Mystère ...

Et Monsieur Nougatine, lui, veille sur celle des romans, pour de vrai.

Alors faites gaffe, il n'est pas toujours de bon poil au réveil !

PIC_0029

Posté par Moustafette à 13:03 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
lundi 7 mai 2007

Pour PAL peu élevée

9782264044006Alexander McCall Smith est le père de Mma Ramotswe, la célèbre détective du Bostwana, dont les sept tomes des aventures sont édités chez 10-18.
Ici, l'auteur retrouve le climat écossais et nous présente sa nouvelle héroïne Isabel Dalhousie.

Et celle-ci est à mille lieues de la drôlatique africaine. La quarantaine, célibataire, plutôt bien nantie, Miss Dalhousie est directrice d'une revue philosophique qui lui laisse beaucoup de temps libre, mais ce qui ne l'empêche pas de s'adjoindre les services d'une gouvernante scottish pur jus (de malt of course ah ah !), pour assurer la bonne marche de sa jolie demeure. Miss Dalhousie, entre deux sauts dans l'épicerie fine de sa nièce, ne rechigne pas à flaner dans les galeries d'art et à se détendre à l'opéra (elle a une vie épuisante et réfléchit beaucoup !).

"Ce qui conduit Isabel à se poser cette question: qui, des personnes lucides et en proie au doute ou bien des gens sûrs d'eux-mêmes et de leurs convictions au point de ne jamais se remettre en question, était le plus heureux ? " (T'as raison ! J'arrête pas de me le demander...)

Et c'est justement lors d'une de ces soirées musicales, qu'un jeune homme en profite pour atterrir à ses pieds. Non pas qu'il se pâme d'amour pour la belle quadra, mais tout simplement parce qu'il choit malencontreusement du paradis (ou poulailler en langage prolo). Suicide, accident, meutre ? Notre petite bourge penche pour la troisième hypothèse. Elle décide d'en rajouter à son emploi du temps déjà overbooké, en se lançant à la recherche du coupable, histoire de s'offrir quelques frayeurs et de nous faire partager ses réflexions éthiques.

" Isabel se promit d'explorer ce sujet en détail et d'écrire un papier argumenté, qu'elle intitulerait peut-être: "Eloge de l'hypocrisie". Les premiers mots lui virent aussitôt: "Taxer une personne d'hypocrisie revient en général à lui imputer une faiblesse morale. Mais l'hypocrisie est-elle forcément mauvaise? Certains hypocrites méritent une plus grande considération..." (Euh... c'est un extrait au hasard bien sûr, avec lequel je ne suis pas tout à fait d'accord.)

Bon, je vous l'accorde, mon ton ironique ne vous donnera pas envie de vous plonger dans l'univers de Miss Dalhousie. D'autant plus que l'enquête est en arrière plan, au moins jusqu'à la moitié du livre. Mais si vous aimez l'ambiance british et n'êtes pas contre un peu de considérations philosophiques, faites connaissance avec Miss Dalhousie. Ceux qui, comme moi, gardent un bon souvenir d'Edimbourg, apprécieront les quelques évocations géographiques et historiques.

Evidemment, les fans de la truculente Precious, trouveront l'écossaise un peu palote. Sans doute que le climat pluvieux a aussi déteint sur l'auteur qui a quitté son Afrique natale pour les cieux plus austères d'outre-Manche.
Un petit abus de la boisson locale n'aurait pas nuit à l'ensemble, à vous de voir ...SLAINTE !

Le club des philosophes amateurs    Alexander McCall Smith   Editions 10/18

alcool006 

 

Posté par Moustafette à 22:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 6 mai 2007

drapeau_004

Posté par Moustafette à 19:57 - - Commentaires [13] - Permalien [#]