vendredi 8 juin 2007

Chronique postale

CATHULU m'avait fait frémir avec son réquisitoire sans appel contre notre bonne vieille institution qu'est la Poste.
Attendant un objet qualifié de "FRAGILE", je m'inquiètais de la disparition de ce même mot dans le lexique postal. En serai-je réduit à faire une infusion des petits morceaux de la théière tant convoitée ?
Eh bien non ! Elle est arrivée d'un seul bloc. Ouf ! Fin de la première étape.

Mais à l'occasion de la tentative de récupération du colis, je m'aperçois qu'un autre mot vient de disparaitre du vocabulaire de la Poste. Le terme "SIMPLICITE".
Etant absente avant-hier matin, j'ai trouvé l'avis de passage m'indiquant que je pouvais retirer le paquet le lendemain à partir de 14 H. Donc hier à l'heure dite, je fais cinq kilomètres et me retrouve devant une porte close sur laquelle un papier notifiait que le bureau ouvrirait à 15H45. Cela fait six ans que j'habite ici et je n'ai jamais pu savoir exactement les horaires pour le moins fantasques de cette p...... de Poste, et qui changent en permanence.
A 16 H je téléphone pour exprimer ma colère, d'ailleurs déjà extériorisée à 14 H sous les fenêtres, ouvertes elles, du dit bâtiment. Une charmante dame me dit que maintenant qu'elle est là, je peux venir. Comme je suis caractérielle, je lui réponds que j'en suis dans l'incapacité et que demain, étant chez moi, je souhaiterais que le facteur me remette le colis. C'était apparemment très difficile car cette dame ne voyait pas le facteur pour lui transmettre le message. Après lui avoir suggéré que, puisqu'elle avait le colis sous les yeux, elle pouvait peut-être laisser un mot dessus et remettre le tout dans le circuit. J'ai vu, même à travers le téléphone, une ampoule s'éclairer au-dessus de sa tête. Fin de la deuxième étape.

Inutile de vous dire que ce matin je guettais fébrilement la voiture jaune. La factrice me tend quatre lettres et j'attends la suite. "Non, rien d'autre" me dit-elle souriante. Je lui déballais l'histoire et je finis par savoir que le colis était dans son coffre mais qu'elle ne pouvait pas me le donner car elle préfèrait le faire "flasher" à nouveau, mais cette fois au bureau de ..., distant lui de quinze kilomètres, où je pourrais me rendre à partir de 15 H. Etant déjà au bord de la crise de nerfs, je n'ai pas voulu savoir le pourquoi du comment. J'ai préféré éclater de rire et lui débiter une tirade sur l'absurdité de la situation. Là aussi, une ampoule s'est éclairée au-dessus de la tête de la charmante dame qui a fini par se ranger à mon raisonnement, et heureusement pour elle car je crois que j'aurais été capable de le prendre de force. Je lui ai promis de téléphoner à son supérieur hiérarchique afin de la dédouaner de cet acte hautement courageux de résistance bureaucratique ! Fin de la troisième étape.

PIC00002

Tout ça pour ça !

Dernière étape, je vais déguster ce premier thé si durement arraché à des griffes ubuesques. Et je remercie MAIJO qui, grâce au Swap, m'a fait découvrir ce nouveau comptoir de thés. Ceux que j'ai reçus ont des parfums envoûtants.
Si ça vous tente, soulevez ce couvercle
... 

 

Posté par Moustafette à 14:12 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

Dérives entre deux rives

9782253119982Schwara est l'homme aux mains de bois. Forestier, charpentier, sa scierie a brûlé dans les tourments de la guerre civile qui a ravagé son pays. En ce premier été de l'après-guerre, il quitte son massif des Londes pour partir à la recherche d'un homme. Schwara l'homme du nord va s'aventurer dans le sud, vers la mer et jusqu'au port de Ran-Mositar, là où se cotoient les refugiés, les opportunistes, les soldats de l'ONU et même les touristes déjà revenus jouir des îles et de leurs sources chaudes.

Schwara va à pied. Il a pour tout bagage sa sacoche contenant quelques outils et la richesse de ses mains. Il se fait vite repérer par son savoir faire et travaille ça et là sur des chantiers. Partout, il interroge et poursuit sa quête. Et partout, il croise les mêmes douleurs, les mêmes haines encore à vif. Celles des femmes violées et îvres de vengeance, celles des hommes qui ont commis ou vécu l'horreur et qui composent avec.

"Chaque camp appliquait sa logique de l'ordre et du désordre."

Lorsqu'enfin il arrive à Ran-Mositar, la vie de la ville tourne autour de la reconstruction du Vieux, le célèbre pont construit au XVIe siècle et qui, jusqu'à ce jour, avait résisté à tout. "Soudain la notion de crime contre un patrimoine de l'humanité s'inscrivait dans le livre de la barbarie. La ville avait retenu son souffle puis, dans un silence pétri d'angoisse, les habitants s'étaient approchés des rives séparées. L'incroyable blessure qui béait devant eux zébrait leur conscience d'une même cicatrise, les rendait responsables d'une inconcevable atteinte aux racines de la vie."

Schwara met son talent à la disposition des équipes chargées des travaux. Il sait que c'est là que prendra fin son voyage. Il croisera Irini, dont le drame personnel rejoindra celui de Schwara, et qui le mènera involontairement jusqu'à l'homme recherché. Chacun se confrontera à son destin.

"Dans un pays que je connais bien, les losanges sont un signe de sagesse. Le rond, tu n'en ressors jamais, le carré est trop parfait, il t'enferme, le rectangle s'étire à l'infini, peu fiable. Tu les rassembles tous, tu obtiens le losange, une figure idéale, assez déséquilibrée pour que ta pensée s'y glisse et pourtant cernée par les quatre côtés qui la guident.
- Il est où ce pays de la sagesse ?
- Là où fleurissent des champs de rhododendrons."

Si cette histoire vous rappelle quelque chose, c'est sans doute celle de la ville de Mostar, en Bosnie-Herzégovine. Le 3 Novembre 1993, malgré la présence des troupes de l'ONU, le pont piéton s'effondre dans la Neretva, séparant la communauté croate catholique orthodoxe et la communauté bosniaque musulmane. Sous l'égide de l'Unesco, la reconstruction commencera en Juin 2001 et le nouveau pont, restauré selon les techniques ancestrales, sera inauguré le 23 Juillet 2004.
Ce livre est son histoire et celle des hommes qu'il tente de relier. L'un et l'autre se parent à la fois d'une simplicité et d'une folie magnifiques.

"Mais qui pouvait parier sur l'avenir d'un pays qui chérissait son pont et laissait sombrer ses enfants ?"

Le pont de Ran-Mositar      Franck Pavloff     Editions Le Livre de Poche

8c6dca84bbd80619fd912140dc7a9f80nouveauhd1

 

Posté par Moustafette à 11:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 6 juin 2007

D'autres vieux murs

PIC_0052

L'église romane de Saint-Symphorien

PIC00054

Construite au XIIème siècle

PIC_0164

Sur le chemin de St Jacques de Compostelle

PIC_0160

A l'époque son portail s'ouvrait sur l'océan
dans le golfe de Saintonge

Posté par Moustafette à 21:36 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
mardi 5 juin 2007

Quelques mots sur un mur

9782268061528Imaginez qu'en 1944 l'armée américaine ait été bloquée dans les Ardennes et que les Russes aient poursuivi les nazis jusqu'au nord-ouest de la France. Imaginez "une diagonale rouge, de la Manche au Loiret, du Morvan au Jura", en passant par le centre de Paris, et que cette zone soit toujours sous contrôle soviétique. Imaginez que la capitale soit partagée par un Mur qui longe la Seine, que les ponts de Paris soient tous fermés, sauf un. Imaginez que l'île de la Cité soit un no man's land miné. Imaginez qu'il y ait un Est et un Ouest. Un Paris et un Parij.

"J'aime le son que produit cette corde en travers de la ville tendue quand le vent la fait vibrer..."

Ce sont les mots de Romain Morvan, écrivain et prix Nobel, qui vient d'être expulsé à l'Ouest par une nuit pluvieuse. Ces mots sont adressés à Clara Banine, une violoniste restée à l'Est et qui fut sa maîtresse pendant quatre ans.
Une étrange correspondance va s'instaurer entre eux. Etrange, car sous la surveillance d'un curieux personnage, Bernard Neuvil, directeur de la cellule politique des Postes, c'est à dire de la censure épistolaire.
Neuvil est un être solitaire, parano à souhait, et qui rêvait dans sa jeunesse d'être écrivain. Sous prétexte de pister l'existence d'un manuscrit compromettant resté à l'Est et que Morvan chercherait à récupérer par l'intermédiaire de la belle Clara, Neuvil va s'inviter dans leur correspondance à coup d'écriture falsifiée et de fausses informations. Cette mission va devenir le centre de sa vie. Mais à manipuler et instrumentaliser les autres, ne risque-t-il pas de se perdre lui-même ? A moins qu'il ne se retrouve...

Ce roman m'a rappelé un film récent "La vie des autres" de Florian Henckel. L'intensité dramatique en moins. Le portrait du censeur et sa lente transformation sont une réussite. Mais le récit hésite entre caricature et dérision, ainsi le projet pharaonique de reconstituer à l'identique la ville réunifiée quelque part dans l'Oise. Ni vraiment roman d'espionnage ou d'aventure, on prend cependant plaisir à parcourir ce Parij occupé, subissant les pénuries et les délabrements. On assiste à la désillusion du transfuge passé à l'Ouest et au manque d'inspiration qui en résulte.

Heu... moi aussi je suis un peu en panne ! Bref, selon l'axe du mur où l'on se situe, cela manque un peu de profondeur, ou de hauteur...

Un rappel pour terminer.
9 Novembre 1989, celui de Berlin tombait.
Juillet 2002, Israël commençait la construction d'un mur de 600 km qui isolera les Territoires Palestiniens.
Septembre 2006, le Congrès américain autorisait la construction d'un mur de 1200 km entre le Mexique et les Etats-Unis.
Avril 2007, les américains commencent la construction d'un mur de 5 km à Bagdad entre l'enclave sunnite d'Adhamiyah  et les quartiers chiites.
Sans compter les murailles de barbelés électrifiés du côté de Ceuta et Melilla, etc, etc...

Parij     Eric Faye     Editions Le Serpent à Plumes

macons003
 

   

 

Posté par Moustafette à 18:32 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
lundi 4 juin 2007

LE YOGA DES CHATS (suite)

Hier vous avez pu apprécier quelques postures exécutées par Patchouli et Nougatine.
Au même moment, ailleurs, la siamoise ISATIS en présentait d'autres.
Et ce soir, dans ma boîte aux lettres, avec quelques belles images, je trouvais ceci

chatposes

Le cours continue !
Qu'est-ce qu'ils bossent ces matous !!!!

MERCI KATELL

Posté par Moustafette à 21:13 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

dimanche 3 juin 2007

PIC00149

Et vous,

PIC00152

dans quelle position avez-vous

PIC00148

passé votre dimanche ?

gifs_20_41_

Moi, plutôt comme ça !

Posté par Moustafette à 20:21 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
samedi 2 juin 2007

My Taylor is Irish !

9782070320912Si vous aimez les losers, vous allez être servis.
Doucement mais pas sûrement car en zigzagant, Jack Taylor s'approche de la cinquantaine. Ses meilleurs potes se nomment Brandy, Bushmills, Jameson, Guinness, etc.
Son boulot, ancien flic et pseudo privé. Son bureau, une table au fond du Grogan's, un vieux pub de la ville de Galway.
"Il n'y a pas de détectives privés en Irlande. Les Irlandais ne le supporteraient pas. Le concept frôle de trop près l'image haïe du "mouchard". Vous pouvez faire quasiment n'importe quoi en toute impunité, à part moucharder."

Jack a aussi d'autres amis, des vrais ceux-là. Cathy B., ancienne tox qu'il a sauvée d'un tabassage conjugal. Depuis, elle utilise ses cordes vocales dans un autre registre. Avec son look destroy et sa voix puissante, elle est passé de la scène de ménage à la scène tout court. A l'occasion, elle donne un coup de main à Jack.
Sutton, l'homme aux multiples visages, un jour barman, un jour peintre, mais toujours alcoolo et un brin mytho. Il est prêt à jouer les redresseurs de torts dès que Jack a besoin. C'est pas le genre de mec à s'encombrer la conscience avec des scrupules. On peut même carrément dire qu'il prend un certain plaisir à tuer !
Sean, c'est le patron du Grogan's,"un endroit sérieux pour boire sérieusement."

Et puis y'a la famille. Le père de Jack est au cimetière. C'est lui qui lui a transmis l'amour des livres. "Pour mes dix ans, il m'offrit une carte de bibliothèque. Ma mère m'offrit une crosse de hurling. Elle s'en servirait fréquemment pour me filer des raclées. La carte de bibliothèque signifiait "liberté".(...) J'étais devenu un bibliophile dans le vrai sens du terme. Je n'aimais pas seulement lire, j'aimais les livres eux-mêmes. J'avais appris à en apprécier l'odeur, la reluire, l'impression, le contact des ouvrages entre mes mains."
Avec sa mère, le contact, il passe beaucoup moins bien ! Bigote, rabat-joie, elle porte son veuvage comme un étendard. "Enfant, j'avais peur d'elle. Plus tard, je l'ai haïe. Vers les vingt ans, je la méprisais, et maintenant, je l'ignore."

Il y a aussi les copains de beuveries, les clodos, les bookmakers, etc...
Côté boulot, c'est pas le surmenage. Pourtant, Jack pratique un rapport qualité-prix qui défie toute concurrence. C'est ce qui, un jour, conduit une femme à lui demander de prouver que sa fille de 16 ans ne s'est pas suicidée.

Dans ce premier volet de la série, l'enquête n'est qu'un prétexte pour faire connaissance avec cet hurluberlu imbibé. On parcourt de long en large et de pub en pub sa bonne ville de Galway. On compatit sans retenue à toutes les galères dans lesquelles il se trouve embringuer. Et c'est pas ça qui manquent ... Entre les black out éthyliques, les pauses d'abstinence plus ou moins volontaires, les bastons et les divagations, on est épuisés mais contents. Car le rythme percutant du roman et le ton rock and roll du récit nous baladent dans un univers où se croise du beau monde. Les chapîtres sont émaillés de références littéraires, musicales et cinématographiques. Un homme qui cite Elvis Costello, Tom Waits, Kafka, Francis Bacon, Wenders et Herzog, est peut-être désespéré mais certainement pas un mauvais bougre !

"Le lendemain, j'étais à l'agonie. Ce n'était pas une banale gueule de bois, c'était une gueule de bois championne du monde. Celle qui hurle : TUEZ-MOI ! Je refis surface vers midi. Les événements survenus la veille jusqu'à seize heures étaient identifiables. Après ça, le napalm."

Rassurez-vous, il est toujours vivant. Et il a du boulot car il y a deux autres enquêtes à suivre. Chouette !!!

Delirium tremens     Ken Bruen     Editions Folio Policier

241105_164618_PEEL

Posté par Moustafette à 18:18 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 1 juin 2007

Petit rafistolage (pé)père...

9782020403382Rafael, vingt cinq ans, traverse la frontière en direction de l'Espagne pour retrouver Goyo Lasagual. Le père qu'il n'a pas connu et qui est en train de mourir. Il voyage avec sa tante qu'il rencontre aussi pour la première fois. Arrivé trop tard, il ne peut que constater les dégâts. Personne ne veut lui dire de quoi est mort son père. Il hérite d'une maison incendiée. Le lieu a été fouillé en bonne et due forme, mais il retrouve des photos et des lettres, et surtout une lettre que lui-même, enfant, a envoyée à Goyo. L' accueil des villageois à l'égard de Rafael est franchement hostile, à l'exception de Marco, un jeune gitan. Goyo l'avait pris d'amitié et protégé de la vindicte populaire. Une étrange relation va se nouer entre les deux jeunes hommes.
En toile de fond, un petit village moribond plombé par la chaleur estivale. L'unique entreprise va fermer, la verrerie qui permettait encore un semblant de vie aux habitants. Comme des fantômes, ils quitteront les uns après les autres ce lieu hanté par les souvenirs et les rancoeurs de la Guerre Civile. La mort de Goya et l'arrivée de Rafael vont faire remonter les boues de ce passé.

"Je vais vous dire ce qui vous retient ici. Vous attendez le moment où vous serez prêt. Prêt à tout entendre, à tout voir. Car le plus inacceptable, lorsqu'on a fermé les yeux si longtemps, n'est pas de regarder la vérité en face, mais de se soumettre à son regard. Oui, voilà ce à quoi on ne peut se résoudre aussi facilement: ouvrir les yeux et constater que la vérité n'a pas cessé un instant de vous scruter quand bien même vous refusez de vous tourner vers elle."

Car ce récit est aussi celui de toute l'ambivalence d'un fils à connaître et à accepter la vérité de ses origines. C'est ce qui le pousse à réinventer l'histoire paternelle, à falsifier aux yeux de sa mère, l'épouse abandonnée, les retrouvailles avec un père malade mais toujours vivant. Comme le dit Rafael, "Moi, je compte sur l'imagination pour me sauver."

Mais la vérité s'imposera coûte que coûte. Après, et seulement après, Rafael pourra s'enfoncer plus avant en cette terre ibérique et paternelle. Voyage qui n'aura sans doute pour seul but que celui de lui permettre de s'approprier la part manquante de l'histoire de ce père inconnu.

" - Vous n'avez rien oublié, Rafael ?
  - Non, je ne crois pas. Je dois juste oublier ici un peu de moi-même..."

Un bel exemple de la difficulté à être le fils de son père. Et un beau texte qui hésite entre violence et regret, affabulation et vérité, rejet et acceptation. Pour toujours et encore, pouvoir grandir et vivre.

L'invention du père     Arnaud Cathrine     Editions Points Seuil

mgb_05_presse_capa06

Posté par Moustafette à 13:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 30 mai 2007

Il était des fois ...

9782864245674Rien que le titre laisse rêveur, comme la femme sur la couverture qui contemple l'immensité du paysage.
Ce récit est un entre-deux, mi-réalité, mi-onirisme. Dans un tel univers, seul Eulalio pouvait en être le conteur. C'est le gecko qui vit sur les murs intérieurs de la maison de son ami Félix Ventura.

Félix ne peut pas être un individu ordinaire. Angolais, noir albinos, enfant abandonné dans un carton de livres, il vit encore dans la maison de celui qui l'a recueilli. Sa vie s'écoule parmi les photos, les tableaux, les encyclopédies, les journaux et les livres. Ses compagnons sont la Vieille Espérance, qui passe pour le ménage et la cuisine, et Eulalio le gecko qui observe.

"Quand j'étais enfant, avant même d'avoir appris à lire, je passais des heures dans la bibliothèque de notre maison, assis par terre, à feuilleter de grosses encyclopédies illustrées, pendant que mon père composait des vers ardus, qu'ensuite, de façon très raisonnable, il détruisait."
Et sa mère de lui dire : "Entre la vie et les livres, mon fils, choisis les livres."

C'est ainsi que, grâce à cette somme de documents, Félix exerce le métier extraordinaire de bouquiniste-généalogiste. Qui veut se refaire un passé vient sonner à sa porte. Et après guerre, ce ne sont pas les clients qui manquent. Mais Félix, qui est-il lui-même ?
Avec l'aide du gecko et par le biais des conversations avec ses curieux clients, quelques pans de l'histoire de Félix se déroulent, vite étouffés par la végétation chatoyante du jardin ou le bruit de la pluie.
Réalité ou fiction ?

"Il s'est renversé sur le dossier et a plongé ses yeux dans la profondeur prodigieuse du ciel. J'ai eu peur que ce soit pour sauter dedans. Je ne connaissais pas cet endroit. Je ne parvenais pas à me souvenir d'y avoir été, un jour, dans mon autre vie. Des cactus énormes, certains hauts de plusieurs mètres se dressaient parmi les dunes, derrière nous, eux aussi éblouis par l'éclat limpide de la mer. Un vol de flamands roses a glissé en un calme incendie à travers l'azur du ciel, juste au-dessus de nos têtes, et ce n'est qu'alors que j'ai été certain que j'étais en train de rêver. Félix s'est retourné lentement, les yeux humides.
- C'est ça la folie ?
Je n'ai rien trouvé à lui répondre."

Qu'importe. Tout n'est que poésie, rêverie, nostalgie...
Ne cherchez pas à comprendre, grimpez et laissez-vous entraîner car

"La mémoire est un paysage contemplé depuis un train en mouvement."

Lisez aussi les critiques de KATELL et de PASCAL 

Le Marchand de passés    José Eduardo Agualusa    Editions Métailié

lezard_003

 

Posté par Moustafette à 18:47 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
mardi 29 mai 2007

COLIS KROUSTI...LLANT !

Quand j'ai vu le colis, j'ai su tout de suite
qu'il ne venait pas de France
Quand j'ai vu qu'il arrivait tout droit de
BELGIQUE
J'ai pensé immédiatement que dedans
il y aurait sûrement
DU CHOCOLAT !
(j'ai honte mais...)
Gagné !!!!

PIC00138

J'y ai  trouvé aussi un livre qui m'intrigue depuis longtemps,
dans un merveilleux emballage de tulle, de perles et d'étoiles.
Un bloc courrier avec des enveloppes muticolores
Des petites bougies à la cire de miel
Une carte féérique
Et partout éparpillées
Des paillettes en forme de coeur !

Tout cela envoyé par KROUSTIK, que je ne connais pas et qui dit ne pas me connaître non plus, mais qui a pourtant réussi à me faire un immense plaisir avec tous ses cadeaux. Je vais enfin me perdre dans le monde fantastique de LA DAME N° 13. C'est un pavé épais comme je les aime, et je viens de découvrir que son auteur JOSE CARLOS SAMOZA est psychiatre. Alors je crains le pire, côté histoire délirante !
Un seul regret KROUSTIK, celui de ne pas pouvoir venir me balader sur ton site ...

MERCI MILLE FOIS  KROUSTIK
ET
AUSSI A FLO
POUR CETTE BELLE AVENTURE
ET SON ORGANISATION

yspect08

Posté par Moustafette à 16:53 - - Commentaires [22] - Permalien [#]