samedi 8 mars 2008

Propaganda !

The_8_of_March_the_day_of_revolt_of_working_women_against_the_kitchen_slavery

1932
CONTRE L'ESCLAVAGE DOMESTIQUE

Petit historique :

* 8 Mars 1902, des ouvrières d'Amiens se soulèvent pour faire valoir leurs droits. Répression violente.
* 8 Mars 1907, Première Conférence Internationale des Femmes.
* 8 Mars 1908, nouvelles manifestations d'ouvrières en France.
* 8 Mars 1910, lors de la Conférence Internationale des Femmes Socialistes à Copenhague, Clara Zetkin (1857-1933), leader féministe allemande propose de fêter ce jour de l'année en tant que Journée Internationale des Femmes.
* 8 Mars 1911, des femmes russes organisent des rassemblements clandestins. Idem dans de nombreus pays d'Europe.
* 8 Mars 1917, dans la foulée de la Révolution de Février 17, les ouvrières en grève de Saint-Pétersbourg manifestent et réclament du pain et le retour de leurs maris partis au front.
* 8 Mars 1921, Lénine décrète le 8 Mars "Journée des Femmes". Jour chômé et très fêté en Russie encore à ce jour (tous les prétextes sont bons pour boire un coup et leur taper dessus après!).
* 8 Mars 1924, la Journé des Femmes est instaurée aussi en Chine.
* 8 Mars 1946, idem dans les Pays de l'Est.
* 8 Mars 1947, Léon Blum salue le rôle des femmes dans la Résistance.
* 8 Mars 1977, l'ONU officialise la date de cette journée dans le monde.
* 8 Mars 1982, la France s'y met aussi.

Quelles femmes dérangeantes :

portrait_hrIngridBetancourt061er_prix_005 aung_2520san_2520suu_2520kyi005646

Deux ont déjà été assassinées
Deux sont détenues arbitrairement
Une est frappée de fatwa
Et comme pour toutes les autres
Un seul but

415466483_a1c6c82e8c         

Posté par Moustafette à 07:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

vendredi 7 mars 2008

MERCI BEAUCOUP !

belleli

A  BELLESAHI
qui sait que j'aime les vraies lettres manuscrites !
Et sa dernière était accompagnée d'un splendide petit carnet.
J'en veeeeux une comme ça de librairie !
Une où on pourrait boire du café et du thé
grignoter et papoter sous le parasol
pourquoi pas de ce livre que je ne connais pas
mais qui promet un univers qui me convient bien.

patchouch1

Et une photo pour illustrer le petit poème trouvé dans le livre,
" Il fait frisquet alors j'attends à l'intérieur !!! "
signé Patchouli

poeme

C'est vraiment très gentil tous ces petits cadeaux
1000 BISES ET UN GRAND MERCI
MAM'ZELLE BELLE !

Posté par Moustafette à 09:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
mardi 4 mars 2008

Chili con carne

arton517_c40f6En matière de boucherie, nul ne doute que le Chili en connaisse un rayon...
C'est aussi ce que doit penser Tomaseo qui a perdu sa mère, morte à sa naissance, et qui grandit entre Juan, son père, et les clients de la boucherie tenue par celui-ci.
Il y a aussi les voisins, le coiffeur Chico, le chauffeur de taxi Paco, José, Antonio, les copains, tout ce petit monde qui se retrouve dans l'arrière-boutique à l'heure du couvre-feu pour picoler, taper le carton et refaire le monde.
Et puis il y aussi Dolores, l'institutrice spécialisée de la classe qui accueille Tom.

Car Tom est "un enfant aux yeux de nuit". Mais loin de l'handicaper, sa cécité lui ouvre les portes d'un monde plein de poésie. Il ne serait même pas loin de croire qu'il pourrait être un petit peu magicien, "car Tom avait un secret"...
Quoiqu'il en soit, c'est grâce à lui que Juan et Dolores se rencontrent et deviennent amants.

"Au petit matin, l'enfant Tom fut le premier réveillé. Son père était encore enfoncé dans un sommeil lourd, ronflant comme un révolutionnaire bienheureux.
Il avait plu toute la nuit, et ça continuait de tomber dru.(...)
Mais l'enfant regardait la nuit; Tom adorait la pluie. Il sortit de la boucherie et se mit à gambader comme un fou. Là où d'autres se seraient perdus, comme égarés par ce labyrinthe de gouttes furieuses, lui savait d'instinct s'orienter, déjouant les pièges de notre bon orage chilien.
Et à voir ainsi le gamin danser sous l'eau belle, faisant du déluge une joie de marelle, on eût dit que la pluie lavait tous les méfaits des hommes."

Tout irait donc pour le mieux, seulement voilà, nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes puisqu'au Chili où, même si la dictature tire à sa fin, il ne fait pas bon dire ce que l'on pense et encore moins rêver de révolution.

Une très belle surprise que cette fable douce-amère qui fleurit et s'épanouit sur le fumier des hommes. Et un joli tour de force que de réussir à marier poésie et cruauté, humanité et répression.
De bien belles métaphores, une vraie douceur dans un monde de brutes !

MUSKY  et  SYLIRE  ont également été séduites.

La boucherie des amants     Gaetaño Bolàn     Editions La Dragonne

chilevence2_239x339 

Posté par Moustafette à 22:44 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 2 mars 2008

Viennoiseries

caf__viennoisSi vous souhaitez découvrir comment s'est construite la légende des fameux cafés viennois...
Si vous voulez savoir d'où vient votre croissant, qui a peut-être accompagné votre café en ce dimanche, et qui fut créé à Vienne par les boulangers pour immortaliser la victoire de l'Empire sur les Turcs en 1683...
Si vous ne savez pas ce qui différencie un café Shwarzer, d'un Kleiner, d'un Verkehrt, ou encore d'un Einspänner, et j'en passe car il y en a une sacrée collection et ce n'est pas simple de commander juste "kaffee bitte" (moi, j'avoue avoir une préférence pour le Maria Theresa !)...
Si vous rêver de déguster la seule et unique Sachertorte, et non pas ses avatars que l'on trouve sous la même appelation mais avec une minuscule différence d'importance, Sacher torte...
Et enfin, si vous êtes une nostalgique de Sissi et du style rococo...
Ce livre est pour vous !

"Pour qui hésite entre la solitude et la compagnie, pour qui n'aime ni rester chez soi ni traîner dehors, pour qui alterne entre l'ennui, la paresse et la mélancolie, il suffit de pousser la porte du Prückel, du Sperl, du Central ou d'un autre pour se sentir apaisé et bienvenu.
Les cafés viennois sont les havres des états d'âmes.(...) On peut grignoter salé, sucré, ou boire un seul café et traîner des heures sans jamais subir le moindre regard désobligeant de la part du garçon. Les tables sont en marbre et les patères en cuivre. Les journaux sont du jour, les gâteaux sont frais et les clients discrets."

Si de plus, vous n'êtes pas contre un petit saut dans l'Histoire, alors laissez-vous entraîner par Frieda qui revient dans sa ville natale cinquante-quatre ans après l'avoir quittée lors de l'Anschluss. Elle est accompagnée de sa fille Clara. Ce pélerinage est l'occasion pour Frieda de régler ses comptes avec ce pays qui en 1938 a ouvert tout grand ses bras à un autre enfant du pays prénommé Adolf, a pactisé avec le diable et qui, depuis la défaite, n'a pas fait preuve de trop de repentir.

"Les Allemands étaient de très bons nazis, et de mauvais antisémites. Les Autrichiens furent de mauvais nazis, mais des antisémites hors pair !"

Donc, une très sympathique et instructive balade, une douce relation mère-fille et une réflexion sur l'identité et le sentiment d'appartenance.
Pour une vision plus violente de la difficulté de vivre avec le poids du passé et de la honte, voir les romans de l'auteure autrichienne Elfriede Jelinek, notamment "Les exclus" et "Enfants des morts", beaucoup plus hard, j'avoue que je n'ai pas encore trouvé le courage de m'y plonger.

Café viennois     Michèle Halberstadt     Editions Le Livre de Poche

kaffee1

 

Posté par Moustafette à 12:04 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 29 février 2008

Marthe à l'ombre !

9782742771639Un beau matin, alors qu'elle cogite assise sur son poste de télévision, Marthe décide de changer de vie.
Ni une ni deux, elle saute dans un TGV afin d'aller annoncer la bonne nouvelle à son père.
Outre la décision de tout larguer (travail, appart, amant), Marthe décrète que dorénavant elle ne fera plus que ce qu'elle veut.
Jusque là donc, presque rien d'anormal...
Si ce n'est que Marthe a un curieux rapport à son corps et au monde.

Alors, quoi de mieux qu'un train bloqué des heures au milieu de nulle part pour commencer à mettre en pratique ses nouveaux principes. Tel une entomologiste, Marthe peut alors observer à la loupe le microcosme voyageur. D'accord, sa focale est un brin originale et la demoiselle, d'emblée, ne passe pas inaperçue. Non seulement elle devient la bête noire du contrôleur, mais ses façons d'être vont aussi en surprendre plus d'un.
Quand l'événement est médiatisé, Marthe n'est pas loin d'atteindre son heure de gloire, et lorsqu'on on sait que le nul part en question s'appelle Mourron... il y a vraiment de quoi s'en faire !
Hélas, les trains qui arrivent en retard chamboulent parfois l'ordre des choses. Marthe en fera l'expérience.

"Je nous regarde; nous formons un liseré de vie, une couture humaine surfilée à grands points sur le pont détruit. Devant une mer évaporée, nous composons une broderie de bestioles échouées, déposées en serpentin sur une digue abandonnée; la marée s'est définitivement retirée."

Voilà quelques semaines que je tournais autour de ce livre à la couverture loufoque et poétique. Les pages qu'elle protège le sont tout autant, et il en va de même pour l'esprit de Marthe.
On comprend vite qu'elle appartient à ces têtes étoilées qui peinent à trouver leur place dans notre réalité.
Si Marthe est à la fois, agaçante, rigolote, futile, pathétique, elle est surtout touchante et émouvante. Touchante dans ses tentatives maladroites d'échanges avec ce genre humain que l'on qualifie de normal, et émouvante face à cette liberté nouvellement acquise qui l'emporte avec îvresse vers les autres.
Comme tout le monde, Marthe ne demande qu'une chose, un peu d'amour et de reconnaissance.

J'ai une tendresse particulière pour ces être fragiles qui arpentent la vie en funambules et conjuguent le monde comme un jeu dont les règles oscillent entre logique des rêves et cruauté des cauchemars. Marthe fait partie de ces gens.
Un premier roman hors des sentiers battus pour nous conter la difficulté du papillon à s'extraire de sa chrysalide.

Chanson pour bestioles     Cécile Reyboz     Editions Actes Sud

   papillon_075

 

Posté par Moustafette à 10:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

mardi 26 février 2008

L'effet Breizh

9782266156851Le livre de Sylire est venu apporter chez moi ses odeurs de varech et de sarrazin mêlés.
Et pour que je sois bien dans l'ambiance, il pleut et vente...
Mais je m'en fiche car je suis au coin du feu, à relire quelques pages avant d'écrire ce billet et à rêvasser qu'un jour, peut-être, j'habiterai en Bretagne.

En attendant, ce recueil met en appétit.
Une quinzaine de nouvelles qui nous plonge dans les aspects divers et variés de cette terre et de ses habitants.
J'ai été particulièrement séduite par "Les bonnes" et "Comment ne pas perdre la tête".
La première nous conte l'histoire de trois soeurs qui, chacune à leur tour, iront faire la bonne chez les bourgeois. Un texte simple pour dire la réalité d'une époque et de femmes résignées.
La seconde est l'histoire d'un rendez-vous manqué à Notre-Dame de Grainfollet au début du siècle dernier. Mais la Bretagne semble pouvoir faire des miracles, Madelon en fera l'expérience quelques soixante ans après. Un récit plein de nostalgie sur l'air de la chanson de Lucienne Delyle "Mon amant de Saint-Jean".

"Et, pareils à des cordes volantes, des sentiments dont ils ne soupçonnaient pas l'existence ont débordé de leur corps pour aller s'emmêler, faire des boucles, faire des noeuds, se nouer et se dénouer dans le coeur bouillant du feu de la Saint-Jean."

KATELL et  LE BIBLIOMANE l'ont lu, ainsi que bien d'autres.
ELFE également, et en plus elle nous offre une belle surprise.
Et merci à SYLIRE pour ce prêt et les photos de son Finistère.

Elle fait des galettes, c'est toute sa vie    Karine Fougeray    Editions Pocket

ydessert10

 

 

Posté par Moustafette à 19:35 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

MERCI AXEL !

axval

Qui, en échange de quelques petits cochons,
m'a envoyé des douceurs emballées de rôôôôse
ainsi qu'une chouette carte jeu
(j'ai trouvé la réponse, ouf!).
Le papier-balle fera le bonheur des matous
et le chocolat le mien.
Mais le tout est bien gardé...
Bises à vous deux !

Posté par Moustafette à 16:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 24 février 2008

Fantaisie pédopsy !

9782290004494Je ne sais pas ce qui m'a pris d'acheter ce livre.
J'achète rarement des poches dans les éditions "J'ai lu".
Je n'aime pas cette couverture.
Je donne peu dans le genre "paranormal".
J'ai trois kilomètres de pal qui m'attendent.

Une fois commencée la lecture, j'ai lu ce roman d'une traite.
C'est pas d'une écriture renversante, mais comme pour tous ces livres dont l'on sait bien que "ça ne se peut pas", si l'intrigue est bien menée et originale, et bien, on s'assoit sur ces invraisemblances et on tourne les pages sans s'arrêter, surtout si on est en vacances et qu'on peut lire jusqu'à trois du mat !
Evidemment, j'ai surtout apprécié les séances du petit héros chez son psy. C'est drôle et très juste.
L'auteur rend à merveille ce petit truc qui fait que les enfants prennent au pied de la lettre les propos des adultes,vous en livrent une interprétation parfois très fantaisiste, ou s'en font tout un film qui, la plupart du temps, n'a strictement rien à voir avec la réalité. Sauf que des fois...

"Maman m'a détesté avant de m'aimer à cause du premier accident. Celui de ma naissance. Ca s'est passé comme pour l'empereur Jules César. Ils enfoncent un couteau dans la dame jusqu'à ce que son ventre éclate et puis ils te sortent de là, tout hurlant et couvert de sang. Ils croyaient que je n'arriverais pas à sortir normalement."

Louis Drax, enfant précoce de neuf ans à l'imagination fertile, a une facheuse tendance aux accidents. Le jour de son anniversaire, lors d'un pique-nique avec ses parents, il tombe dans un ravin. Malgré la réanimation, force est de constater qu'il ne répond plus; il est déclaré mort. Mais quelques heures plus tard, il se réveille à la morgue, avant de sombrer dans le coma.
Une enquêtrice et un médecin vont se pencher sur son cas.
Des choses de plus en plus bizarres vont se produire...

Voilà, ça mange pas de pain de se laisser prendre par cette histoire abracadabrante, au rythme enlevé et qui se lit comme un polar.
Les critiques parlent de best-seller et un film est en préparation.

FLORINETTE l'a aussi lu.

La neuvième vie de Louis Drax     Liz Jensen     Editions J'ai lu

phrenhead

Posté par Moustafette à 08:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Réponse

A Cathe, dont j'ai lu le com hier après-midi en faisant ma pause clope-thé glacé, et qui se demandait : "mais où sont les chats ?"
Bonne question. J'ai fait mon tour d'inspection; la réponse en image.

collage27

Voilà, pendant que je trimais, les vieux faisaient la sieste ...
Jules et Nougatine squattaient la mezzanine, Alibaba bullait sur la terrasse.
Seul, Patchouli me soutenait à minina.
Il profitait du jardin des voisins, et de temps en temps surveillait le feu.
Mais comme tout grand fauve qui se respecte, dès que ça flambait
il a eu vite fait de repartir à ses rêveries ...
Et à 20h, tout le monde de s'étonner que la bouffe n'était pas prête !
QUEL SCANDALE !!!

Posté par Moustafette à 08:39 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
samedi 23 février 2008

Dommage !

affiche_mdl_2008
C'est à Paris que ça se passe !
Mais pour le plaisir des yeux, je ne résiste pas
à mettre cette belle affiche dans le Souk.
Merci NAINA pour le lien
Le programme est  ICI

Posté par Moustafette à 10:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]