mardi 16 septembre 2008

Pour Le Chéri d'Anne ?

porspobatz3

Quel est donc cet arbre-cactus
photographié dans un jardin de l'île de Batz ?
La base du tronc émerge d'un genre d'agave
donc les feuilles sont retournées vers l'intérieur
au lieu de l'être, comme habituellement,
vers l'extérieur.
(on peut agrandir la photo en cliquant dessus)

Et SYLIRE se pose la même question
mais en croate !!!

MERCI MONSIEUR LE CHERI D'ANNE !
(incollable cet homme-là...)

Posté par Moustafette à 12:20 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

dimanche 14 septembre 2008

Un été 48

9782070358144Quelques temps après le décès de son épouse, Trond Sander s'est retiré du monde.
A la recherche de solitude, il s'est installé dans une région sauvage du nord de la Norvège avec pour seule compagnie sa chienne Lyra. Sa vie est rythmée par la remise en état de la maison, les promenades entre lac et rivière, l'observation de la nature et l'anticipation de l'hiver qui approche. Sans oublier quelques cogitations sur le temps qui passe.
Un soir, il fait la connaissance de son voisin, Lars. Cette rencontre déclenche les souvenirs en cascade.

En 1948 Trond a quinze ans. Dernier été d'innocence entre son père, qu'il accompagne à la frontière suédoise pour des travaux forestiers, et son ami Jon, un adolescent qui l'entraîne "à voler des chevaux". Mais cet été là un drame survient qui change le cours de la vie du narrateur.

"Il régnait une odeur de bois fraîchement coupé. Elle se répandait de la route jusqu'à la rivière, elle remplissait l'air et flottait au-dessus de l'eau, elle pénétrait partout, elle m'engourdissait et me faisait tourner la tête. J'étais au centre de tout. Je sentais la résine, mes vêtements et mes cheveux sentaient la résine; la nuit, dans ma couchette, ma peau sentait la résine. Je m'endormais avec l'odeur de résine, je me réveillais avec l'odeur de résine, l'odeur de résine m'accompagnait du matin au soir. Je faisais un avec la forêt."

L'auteur nous offre un récit pudique et nostalgique des amitiés adolescentes mais surtout des relations père-fils, sur fond de nature omniprésente, sauvage, fougueuse, somptueuse et prometteuse de liberté.
Une atmosphère toute masculine, sans machisme aucun. Mais cependant, cherchez la femme...
Est-on toujours rattrapé par son passé ? Sur ses vieux jours Trond serait-il venu retrouvé ce sentiment de plénitude rencontré cinquante ans plus tôt lors de cet été 48 ?

Ce livre a obtenu le prix des lecteurs au Salon de la Littérature européenne de Cognac en 2007. Il était en compétition entre autres avec "Le demi-frère" de Lars Saabye Christensen, autre roman qui explorait aussi les relations filiales, mais à mon sens de façon plus romanesque et plus aboutie.
Comme  PAPILLON , j'aurais aimé un développement un peu plus approfondi, notamment de la relation à Lars qui se révèlera être tout autre qu'un simple voisin.
ELFIQUE  elle aussi vous donne son avis.

Pas facile de voler des chevaux    Per Petterson    Editions Folio

cheval_126

Posté par Moustafette à 20:55 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 12 septembre 2008

Encore un effort svp

jesigne

A cette heure
plus de 150 000 signatures
Ajoutez la vôtre si ce n'est déjà fait !

http://nonaedvige.ras.eu.org/

Un peu de droit  ICI
Et présentation des autres membres
de "la grande famille" dont on n'entend moins parler 
LA

Posté par Moustafette à 09:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
jeudi 11 septembre 2008

Le 11 Septembre 1973

350px_Coup1973

Puisque la critique ci-dessous de "L'Autobus"
semble faire l'unanimité,
j'en profite pour rappeler qu'il y a 35 ans,
le 11 septembre 1973 au Chili une autre dictature s'installait
et que le Président Salvador ALLENDE
se suicidait dans le palais de la Moneda.
La version chilienne de "L'autobus"
dans un très joli livre de Gaetaño BOLAN
"La boucherie des amants"

allende_00

Posté par Moustafette à 21:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Evidemment

dp_

Je continue à être débordée...
Mais au moins sur la plage
on a le temps de lire !

Alors vite fait, un petit aperçu des lectures qui m'ont accompagnée pendant ces mois d'été :

9782742775477Un peu fadasse ce polar suédois qui surfe sur le succès de Millénium. Ne croyez pas votre libraire qui vous dit que si vous avez adoré la trilogie de Larsson, vous aimerez forcément celui-ci. Il n'a sûrement lu ni les uns ni l' autre.
Les tergiversations de l'héroïne sur ses régimes Weight Watchers, ses slips gainants et autres tenues amincissantes, ses amours d'un classicisme sans nom, voilà tout ce qui me reste au bout d'un mois.
Ah Lisbeth, où es-tu ? Reviens donc mettre une touche de trash dans la vie d'Erica Falck !!!

La princesse des glaces  Camilla Läckberg  Editions Actes Sud Noirs

9782843043895Déçue aussi par ce jardin de l'amour. Pourtant beaucoup de bonnes critiques. C'est vrai que la construction est originale. C'est le genre de bouquin qu'il faut lire d'une traite si on veut en apprécier tout le charme et se laisser happer par l'atmosphère plutôt délétère du récit.
Roman à tiroirs, personnages tourmentés, hésitant entre emprise, perversion et dépression, on risque parfois de se perdre avec eux dans ce récit labyrinthique.
Je l'ai lu en pointillé, ceci explique sans doute cela !

Garden of love  Marcus Malte  Editions Zulma

 

9782020977036

Si vous cherchez à assassiner votre amant en cinq leçons, ce livre est pour vous !
On y aime, on y souffre et on y mange.
L'amour et la nourriture ont toujours fait bon ménage.
Là encore, on évolue entre sensualité et perversité des sentiments.
Original mais pas bouleversant ce portrait de l'ogresse moderne.
L'imaginaire féminin a des ressources insoupçonnées. Attention, c'est parfois un peu cru !

A table !  Tiffany Tavernier  Editions Seuil

9782020679473

 

Vous devez savoir que cette folle de Brigitte Aubert, je l'adore. Ici, elle n'est pas dans le registre que je préfère, même si ce livre n'est pas dépourvu d'un certain humour.
Son imagination est toujours aussi débordante, mais cette fois plus sur un versant Indiana Jones. L'équipe de scientifiques, en perdition dans le Grand Désert Salé iranien, n'a pas fini d'halluciner. Y aurait-il une vie sous-terre ? Les Néandertaliens seraient-ils toujours parmi nous ? Ben oui, elle ose ! Et ça se lit d'une traite...

Le chant des sables  Brigitte Aubert  Editions Points Seuil

9782253122197Je suis un peu restée sur ma faim avec ce roman qui, sous prétexte d'une découverte macabre dans un petit village, explore la solidarité des habitants entre eux face à l'autorité et la presse, alors que cet événement les replonge dans un drame ancien. Quelques personnages attachants, une bonne description de la ruralité défendant les siens et ses secrets, mais une fin baclée.
Je l'ai lu un peu en pointillé, aussi je suis restée à distance de cette histoire. J'attends donc d'autres avis !

La maison Tudaure  Caroline Sers  Editions Le Livre de Poche

9782922868647Un charme suranné certain pour cette romance polonaise et l'histoire de cette jeune femme s'étioliant dans sa province entre une mère acariâtre et un éventuel prétendant plutôt ennuyeux.
L'arrivée d'un jeune poète séducteur venu faire lecture de ses oeuvres va pimenter son quotidien. Elle s'offre une parenthèse dont elle pense détenir la maîtrise...

Serial Lecteur a aussi succombé au charme de la vie provinciale des années 50 sur les bords de la Vistule.

Romance provinciale  Kornel Filipowicz  Editions Les Allusifs

9782864246121Autre jolie surprise, et autre histoire de province, en Argentine cette fois, pour ce huis-clos aux relents dictatoriaux.
L'absurdité du pouvoir totalitaire y est peinte de manière intelligente. Les portraits de ces habitants perdus au milieu de nulle part ont quelque chose de touchant dans leur abord du push militaire.
Pas de pathos mais une analyse tout en finesse du glissement progressif dans la dictature.
Ambiance plombante renforcée par la chaleur écrasante qui sait si bien laisser le temps et les hommes en suspension.
KATHEL a aimé et beaucoup d'autres aussi.

L'autobus  Eugenia Almeida  Editions Métailié

9782264044938

J'ai craqué pour ce pastiche de série télé que je n'aurais sûrement pas regardée sur un petit écran...
J'y retrouve mon auteur chouchou des années 80 qui passe là à la vitesse supérieure. C'est rapide, toujours un peu sex and drug and rock and roll et j'adore ça !
Et ça tombe bien, y'a toute une ribambelle de tomes.
J'attaque bientôt la saison 2 !

Doggy bag  Philippe Djian  Editions 10/18

9782742774449Quand l'auteure du Canapé rouge s'essaie au roman noir.
L'histoire d'un engrenage qui commence par une simple rencontre dans un train et qui se termine mal, très mal. Portrait d'une certaine ruralité, et un amour évident de la romancière pour ses personnages, âmes égarées et fragiles dans le flot de l'humanité.
Côté intrigue, c'est pas inoubliable mais cette facette de l'oeuvre de l'auteure n'est pas inintéressante.

Une simple chute  Michèle Lesbre  Editions Babel Noir

sgEt le dernier mais pas le moindre.
Encore un coup de coeur pour Sylvie Germain qui n'en finit pas de me séduire. Du bout de sa plume, cette femme dessine vraiment comme personne des mots et des images. On ne sait plus s'il s'agit d'écriture ou de peinture !
Tout au long de l'histoire de cette enfant prise dans les tourments des adultes et les affres familiales, on oscille entre bien et mal, entre ombre et lumière.
Récit d'une enfance, d'un secret et de la solitude dans laquelle il enferme. Du très grand art...

"C'est l'heure où la beauté du monde frôle les paupières et les lèvres des dormeurs au fond des chambres fraîches, et sème dans leurs coeurs de menues graines de désir. C'est l'heure où se délient les rêves, s'allège le sommeil ; où s'esquissent les songes."

L'enfant Méduse  Sylvie Germain  Editions Folio

 

004

 

Posté par Moustafette à 11:07 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 9 septembre 2008

A la recherche...

9782848761121du doux temps perdu de l'enfance.
L'histoire de cette famille de cafetiers du Nord nous ramène vers ce tendre paradis.

"Chez nous", le café familial, est le centre d'un petit monde où tout n'est que douceur et générosité.
Même les joies et les chagrins y sont tout enveloppés de pudeur, comme pour ne pas écraser l'autre de son bonheur ou l'éclabousser de ses peines.

On y parle de fleurs, de courses dans la campagne, d'amours adolescentes auxquelles se mêle l'amour de la lecture sous l'égide du grand Proust.
Et Marcel va faire se déplacer des montagnes lorsqu'un glas pourrait bien recouvrir de son son funeste le doux tintement de la petite cloche.

"(...). Est-ce que nous mêmes, nous comprenons tout ce que nous lisons ? Je n'en suis pas persuadée. Au fond, n'est-ce pas mieux comme cela ? Lire, c'est aller vers l'inconnu, c'est chercher à découvrir de nouveaux mondes, à percer de nouvelles énigmes... Sans garantie de succès. D'ailleurs, on ne fait jamais le tour d'un livre, on n'épuise jamais la totalité de son mystère. C'est même peut-être ce qui nous échappe qui est le plus important..."

(Bien sûr j'émets quelque réserve à cette citation, il y a vraiment des livres dont on a vite fait le tour et dont le mystère ne nous empêche pas de dormir ! Mais il est vrai que ceux qui nous touchent profondément n'en finissent jamais de nous séduire.)

Même si celui-ci ne sera pas ma "madeleine", j'avoue m'être laisée emporter par ce récit au ton un peu naïf, voire fleur bleue, qui réussit à habiller de légèreté les cycles de l'existence.
La nostalgie y revêt des habits aux couleurs de sucre d'orge; elle est fraîche comme un grand verre de limonade et sa simplicité n'a d'égal que ces souvenirs d'enfance gommés de tout ressentiment.
Un bel hymne à la vie, à l'amour filial et à l'altérité.

Rien d'étonnant qu'il ait tant plu à BELLESAHI !!!
Coup de coeur aussi pour  MIREILLE

La petite cloche au son grêle    Paul Vacca    Editions Philippe Rey

 

cloche

Posté par Moustafette à 12:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 7 septembre 2008

J'étais là...

 

batz

Entourée d'eau et bercée par le vent
les yeux écarquillés et la peau frémissante
entre murmures et hurlements
grains de sable et grains de peau mêlés

porsporosc2

J'étais là...
Fragile funambule
m'essayant à capturer le présent
sur un fil tendu entre hiers et lendemains

porsporosc6

J'étais là
et même sous la pluie
je veux y retourneeeeeeeer !!!

 

 

Posté par Moustafette à 11:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

De l'autre côté des blogs

Il y a surtout des visages,
des connus et des nouveaux.
Et il arrive que "les routes de l'imaginaire"
fassent quelques détours... ou
mènent à des sentiers de réalité.

boyardombres

Par exemple le long d'un rivage,
entre papotages, grignotages
et éclats de rire sur la plage

taglanderneau

ou sur les rives d'un pont habité,
pour un échange pétillant
dans une crêperie douillette
après une chasse aux tags improvisée
dans des rues bretonnes !

MILLE MERCIS CATHE, VAL ET SYLIRE
POUR TOUT CES SI BONS MOMENTS
SANS OUBLIER AXEL

cochons_20_63_
un amour de garçon
qui a supporté stoïquement
LES BAVARDES QUE NOUS SOMMES !!!

Posté par Moustafette à 10:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
mardi 26 août 2008

Clochettes

fush

en attendant
une autre histoire de cloche !

Posté par Moustafette à 11:24 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
vendredi 22 août 2008

Et si c'était vrai...

9782070341924Une jeune femme au métier singulier, elle est "accompagnante", revient sur ses jeunes années passées dans un établissement de rêve, Halisham, dirigé par une mystérieuse Madame. Les enfants qui y grandissent ne sont pas loin de penser qu'ils forment une sorte d'élite.
Elle évoque les liens d'amitiés tissés avec d'autres résidants, liens qui se transformeront au cours de leur adolescence. Chacun choisit sa voie, leurs chemins se séparent mais pour se croiser à nouveau en de curieuses et funestres circonstances.
Ces retrouvailles sont l'occasion de s'interroger sur leur place et rôle respectifs dans la société d'une Angleterre futuriste.
On comprend rapidement qu'Halisham est un établissement qui se consacre à l'éducation d'êtres clonés et que les élèves sont destinés à devenir des donneurs et/ou des accompagnants.

"Alors vous attendez, même si vous ne le savez pas vraiment, vous attendez le moment où vous vous rendrez compte que vous êtes réellement différent d'eux; que, dehors, il y a des gens comme Madame, qui ne vous détestent pas et ne vous souhaitent aucun mal, mais qui frissonnent néanmoins à la seule pensée de votre existence - de la manière dont vous avez été amené dans ce monde et pourquoi - et qui redoutent l'idée de votre main frôlant la leur. La première fois que vous vous apercevez à travers les yeux d'une personne comme celle-là, c'est un instant terrifiant."

J'avoue avoir trouvé la lecture de ce roman assez laborieuse.
Non pas que le thème soit inintéressant, bien au contraire, mais le rythme du récit a failli à plusieurs reprises avoir raison de mon attention. A mon goût, trop de redondances dans les deux premiers tiers du texte qui malgré tout n'ont pas réussi à m'émouvoir.
Il m'a fallu attendre la dernière partie pour sentir enfin poindre une compassion réelle pour ces êtres humains que la société utilise tout en ne voulant pas en entendre parler.

La façon dont l'auteur choisit d'aborder le thème du clonage est originale. Point de science-fiction, mais une oeuvre littéraire proprement dite, un récit intimiste à l'écriture emprunte d'une certaine obsessionnalité qui m'avait déjà fait abandonner un précédent ouvrage de l'auteur, "Les vestiges du jour" .

Et, réflexe sans doute défensif de ma part tant le sujet est dérangeant, la résignation prégnante des personnages  m'a été difficilement supportable. Lors de la prise de conscience de leur triste sort, un vent de révolte de la part des principaux intéressés sur l'instrumentalisation de l'humain n'aurait pas été pour me déplaire.
Reste que ce livre donne matière à moultes réflexions éthiques sur le statut identitaire de ces êtres qui n'en seraient pas moins nos... semblables !
Vaste question...

Les avis d' ANNE , de KATHEL ainsi que quelques autres.

Auprès de moi toujours    Kazuo Ishiguro    Editions Folio 

 

clonage02

 

Posté par Moustafette à 09:11 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :