vendredi 19 janvier 2018

ARTSILAIRE !

20180115_201546copieIl existe un joli petit musée à Paris dans un lieu insolite, l'Hôpital Sainte-Anne (haut lieu de la psychiatrie pour les non parisiens). Ici, point de foule, ni de bousculade, ni de file d'attente interminable. C'est à l'entrée de l'hôpital, très facile à trouver, et c'est gratuit...

L'Hôpital Sainte-Anne a fêté ses 150 ans d'existence l'an dernier. A cette occasion, plusieurs expos sont organisées depuis Mai 2017. Celle que j'ai visitée la semaine dernière se tient jusqu'au 28 Février, elle s'intitule Elle était une fois ACTE-II et présente un fonds qui couvre les années 50; l'expo ACTE-I qui s'est tenue à l'automne dernier concernait les années 1858-1949, une prochaine aura lieu au printemps. 

J'ai été très émue de revenir à Sainte-Anne où j'ai étudié et travaillé pendant 10 ans. Je n'avais pas foulé les allées de l'hôpital depuis 1987 mais j'ai vite retrouvé mes marques, de nombreux bâtiments étant classés, ils sont toujours là, seuls les noms ont parfois changé. Il y a eu des changements, certes, mais ils concernent surtout ce qui se passe à l'intérieur des services...

Depuis quelques temps, ce qu'on appelle "l'Art Brut"  (que l'on nommait avant "l'art pathologique") est devenu la poule aux oeufs d'or de certains marchands d'art qui spéculent à tout va sur des oeuvres très souvent anonymes et dont les auteurs, de fait, ne voit jamais la couleur d'un euro. Le musée MAHHSA a eu l'excellente idée de récolter dans le monde entier des oeuvres de patients qui, au moins, sont à l'abri des rapaces cités plus haut ; certains sont cotés, voire devenus célèbres, la majorité sont restés anonymes. Les oeuvres de ces derniers sont particulièrement émouvantes. Une feuille de cahier, de l'encre, un peu de mercurochrome ou de teinture d'iode faisaient souvent l'affaire. Des pensées, compréhensibles ou pas, des représentations de leur réalité interne, l'expression de leur souffrance, de leurs délires ou tout simplement de leur quotidien, tout cela forme un bien beau témoignage du monde "artsilaire".

 

pujolle

Guillaume PUJOLLE   La loi des rebelles  1939  

 

robespierre

Caroline MACDONALD    Robespierre

 

arrbre

Amy  Wilde  juin 1948  

 

cerveau

A.P  BRAGANCA   1951

 

portrait

Alexandre  NELIDOFF  Interné en 1947

 

cahier

Un bien joli texte...

pendule

Un autre plus angoissant !

exterieur2

Certains plus récents s'affichent en extérieur

exterieur3

La psychose, ça fait mal au schéma corporel....

esquizofrenia

Mais ça n'empêche pas d'avoir parfois de l'humour !

©crédit photographique
Collection Sainte-Anne

 

Merci aux artistes, aux gardiens de fous puis aux infirmiers-ères psy, aux art-thérapeutes, aux psychiatres qui ont su protéger ces oeuvres, et à l'Hôpital Sainte-Anne où j'ai eu la chance d'avoir connu et pratiqué une psychiatrie que je ne reconnais plus au jour d'aujourd'hui, toute bardée qu'elle est de protocoles qui évitent de penser, une psychiatrie gestionnaire et sécuritaire où le soin s'oublie.

Et merci au MAHHSA d'exister, visitez leur site si vous voulez en savoir plus. 

Une autre exposition d'Art brut se tient à Paris à  La maison de Victor Hugo  jusqu'au 18 Mars. 

 

logoMahhsa

Posté par Moustafette à 17:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 15 janvier 2018

Paratac et vieux papiers !

sans-titreUne jolie couverture qui ne peut laisser indifférent, forcément !

Harry Steen, industriel canadien en transit, se réfugie dans une vieille librairie mexicaine afin d'échapper à une soudaine averse tropicale. C'est là que fortuitement il découvre un vieil opus relatant un mystérieux phénomène climatique s'étant déroulé en 1851 dans le ciel de Duncairn, petite bourgade écossaise où Harry a lui-même séjourné quelques mois dans sa jeunesse et où sa vie a pris un tournant décisif suite à une déconvenue amoureuse.

"Du sommet d'une colline à l'autre, nord, sud, est et ouest, le ciel de la localité était si noir et si lisse qu'il formait comme un miroir d'obsidienne au polissage parfait, reflétant toute la campagne au-dessous. (...) Ce nuage noir flottait si bas que certains des habitants possédant la vue la plus perçante  juraient même avoir réussi à discerner leur propre reflet, en miniature, qui les observait d'en haut."

Grâce à un conservateur en livres rares, un personnage improbable comme tant d'autres dans ce roman, nous voilà embarqués dans une quête littéraire originale. Parallèlement, cette trouvaille va mettre la mémoire de Harry a rude épreuve, l'obligeant à replonger dans son enfance à Tollgate, faubourg miteux de Glasgow, dont il s'échappe pour aller enseigner à Duncairn. Duncairn qu'il fuira à son tour pour s'embarquer sur de vieux rafiots qui le conduiront de l'Afrique de l'est à l'Amérique du sud, périples au cours desquels mille rencontres et aventures façonneront son destin jusqu'à son installation au Canada, son incursion au large des îles Fidji, dans l'étrange archipel d'Oluba et, pour finir, le retour dans son Ecosse natale grâce à ce mystérieux nuage d'obsidienne. La boucle est bouclée...

"Chez les Olubiennes, des jambes musclées sont considérées comme les attributs les plus désirables. Alors que je marchais sur la plage, lors de mes premières journées dans l'île, j'observai les insulaires de sexe masculin occupés à réparer leurs filets de pêche et les voiles tissées de leurs canoës à balancier. Mais le plus captivant, c'était de voir des femmes de tous âges effectuer de vigoureuses flexions des genoux et d'autres exercices de jambes. Répondant à mes questions, l'un des chefs olubiens m'expliqua que l'exercice correspondait au rite du paratac, un terme qui m'était alors inconnu."

J'ai retrouvé avec un vif plaisir l'imagination foisonnante de l'auteur que j'avais déjà appréciée dans L'épouse hollandaise. Erik McCormack est un amuseur, un conteur qui vous mène par le bout du nez dans des univers farfelus et réjouissants dont il est bien difficile de s'extraire pour retrouver un quotidien qui paraît soudain bien banal !

"Mais, pour moi, la pirogue restait le mode de déplacement le plus relaxant. Je m'allongeais sur le dos et me reposais pendant qu'on pagayait pour moi dans les eaux vaseuses des rivières de la jungle. Comme lors de mon précédent périple sur les routes d'Afrique, j'imaginais ces forêts primaires défilant de part et d'autre comme les rayonnages de certaines bibliothèques infinies, remplis de livres tous semblables d'aspect."

 

Le nuage d'obsidienne    Erik McCormack    Traduit de l'anglais par J-F Hel Guedj   

Editions Christian Bourgois

 

37624964

Posté par Moustafette à 13:02 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 9 janvier 2018

Benedictus

2164_1068131Lasse d'attendre une sortie poche qui ne vient pas - notez au passage que la patience est une de mes qualités, celui-ci datant de 2010 pour l'édition française - je me suis enfin décidée pour la version brochée au grand dam de ma bibliothèque, car le coin réservé à l'auteur n'accueillait, jusqu'à ce jour, que des poches et que ce grand, là, il me passe pas. Oui, j'ai des petites manies de lectrice qui ne s'expliquent pas, j'aime avoir les oeuvres de mes auteurs chouchous dans un même format, poche ou broché, mais pas les deux, c'est comme ça, na ! Donc, obligée de remanier mon rangement, de faire déménager à l'étage en dessous Jack Taylor qui, évidemment, s'entendait très bien avec Harry Hole, remarquez il est en bonne compagnie avec Adamsberg et Lisbeth Salander; remonter Sharko à côté de Martin Servaz, en espérant que Lucie Hennebelle ne viennent pas semer la zizanie entre ces deux-là; oui, mais alors, ceux du Département V, Morck et Assad, faut que je les case tout en haut, bonne idée, ça les changera de leur sous-sol miteux ! Mais Jack Caffery, s'entendra-t-il avec Erlendur et Wallender ?*  Rhaaa là là, c'est pas de tout repos une vie de lectrice maniaque !

Bon, il en valait quand même la peine ce petit remaniement car, trêve de plaisanterie, j'ai aaaaaadoré retrouver ce bon vieux Jack Taylor.

"Je redoutais cette nouvelle entrevue ; elle avait clairement exprimé qu'elle ne souhaitait pas me revoir, mais presque tous les gens que je connaissais m'avaient dit la même chose."

Rhoo, n'importe quoi, j'ai jamais dit ça, moi ! Il y a 4 ou 5 ans, je l'ai laissé sur ses "Chemins de croix", bien cabossé par la vie, certes, mais abstinent pendant 350 pages, un record, le nez vierge de toute trace de poudre, patché à la nicotine et prêt à s'envoler pour l'Amérique après avoir vendu son appartement à prix d'or grâce au Tigre Celtique qui vivotait encore. Et là,  qu'est-ce que je retrouve ? Le même ! Adieu l'Amérique, Ridge souffrante, il n'a pas eu le coeur à la laisser seule face à cette épreuve, faut dire qu'il n'a plus beaucoup de copains, Jack. Alors "J'étais resté. Chaque jour, je le regrettais. Regretter est, sinon ce que je fais de mieux, du moins de plus fréquent."

Bref, plus clean que jamais, traînant toujours sa patte folle dans sa ville de Galway, fausses dents étincelantes et prothèse auditive neuve, il est bourré aux as mais sa cinquantaine bien tassée végète dans un petit deux pièces en compagnie d'une dizaine de livres seulement, les autres ayant brûlé lors de sa dernière enquête.

"J'observais les foules de gens qui passaient, déconcerté : pas un seul accent de Galway ne me parvenait aux oreilles. Aux informations, ils avaient annoncé que nous étions la nation la plus riche après le Japon. Il y avait, au dernier recensement, près de quatre mille millionnaires dans le pays et, oui les pauvres s'appauvrissaient sérieusement."

Heureusement, une missive inopinée va venir le tirer de son ennui et le faire repartir au turbin, sauf que cette fois là, c'est lui qui est visé. Il est le cinquième et dernier sur la liste d'une certaine soeur Benedictus prise d'une furieuse envie de règlement de comptes. Et elle a l'air déterminée, Jack peut déjà barrer trois noms, son tour approche. Aidé d'une Ridge convalescente, d'un Stewart plus zen que jamais et, à distance, d'un père Malachy toujours aussi imbuvable mais grand fumeur devant l'Eternel, le voilà pressé de mettre la main sur cette dangereuse nonne psychopathe. Avant de s'envoler enfin pour l'Amérique ?

"Il [le père Malachy qui fulmine de ne plus pouvoir fumer dans les bars] se leva. - Je vais m'en tirer une.

N'importe quel Américain qui se serait trouvé à portée d'oreille aurait été stupéfait d'entendre pareille chose, même si, avec tous les scandales autour des ecclésiastiques, ce n'était pas certain.

- Vous oubliez une chose, lui dis-je. Il se retourna et je complétais : - Payer. Même les prêtres doivent payer maintenant. Vous avez profité de tout gratuitement bien assez longtemps."

Comme toujours chez Ken Bruen, l'intrigue est mince; elle n'est que prétexte à un plaidoyer antilibéral et anticlérical à l'encontre de son pays, doublé d'une savoureuse balade littéraire et musicale, le tout sur un ton caustique qui ne mâche pas ses mots. Il est conseillé de lire les enquêtes galères de Jack Taylor dans l'ordre pour suivre et apprécier au mieux son évolution.

CATHULU  et  DASOLA  aiment aussi !

 

 En ce sanctuaire     Ken  Bruen     (traduit de l'anglais par Pierre Bontil)     Editions Gallimard  série noire

 

*Dans l'ordre: Ken Bruen, Jo Nesbo, Fred Vargas, Millénium, Franck Thilliez, Bernard Minier, Jussi Adler-Olsen, Mo Hayder, Arnaldur Indridason, Henning Mankell.

 

 MC11_272

Source www.Garavans.ie

 

Posté par Moustafette à 06:37 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 4 janvier 2018

Caryl en Sibérie

norilsk4Caryl Férey aime voyager, rigoler, picoler, c'est bien connu.

Et même si ces trois activités sont plus agréables à pratiquer dans l'hémisphère sud où ses pas le mènent le plus souvent, il n'est pas sectaire. Quand on lui propose d'aller faire un petit tour au nord de la Sibérie, il n'hésite pas longtemps. L'exotisme polaire a aussi ses charmes, particulièrement la ville de Norilsk où il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir séjourner, autorisation du FSB oblige... D'ailleurs on se demande comment l'énergumène qui accompagne l'auteur, le bien nommé La Bête (qui lui a inspiré le personnage de Mc Cash dans " Plutôt crever" et " La jambe gauche de Joe Strummer"), une espèce de cyclope brut de décoffrage porté sur la bouteille et le pétard, a pu passer à  travers les mailles du filet des services secrets...

"Il faisait près de -20°C avec le soir, et le vent sur les hauteurs de la ville semblait d'accord pour nous casser la gueule."

Ben oui, on n'allait pas l'envoyer là-bas en plein été... On est en Avril, mais le printemps n'est pas encore au programme. Mais qu'importe, dans ce trou du cul du monde, un des plus pollués sur terre, là où se concentrent des richesses géologiques qui font le bonheur des oligarques et le malheur de la planète, il fait chaud dans les bars et dans les coeurs quand bière et vodka coulent à flots et que copinent français, mineurs, ingénieurs et descendants des Zeks qui ont construit ce petit paradis du temps du Goulag.

"J'entends des voix chagrines se lamenter devant ce triste constat : Ah ! Envoyer un écrivain  avec son débile de copain dans une ville interdite de Sibérie pour qu'il nous raconte ses soûlographies, bravo ! "

Certes, l'éditeur avait sans doute de l'argent à placer quelque part, et pourquoi pas là-bas, hein ? Certes, l'auteur n'avait pas besoin d'aller à Norilsk pour nous livrer les informations désastreuses, mais au demeurant passionnantes, qui sont issues de ses recherches sur internet, certes il nous manque des photos qu'était censé prendre La Bête, certes, certes...  Mais qu'est-ce qu'ils se sont amusés !  Et nous on n'aurait jamais su que tous ces gens merveilleux existent, fiers qu'ils sont de farfouiller dans les entrailles de la terre mais, surtout, fiers de ne pas être que ça.

" Regarde ! plaidait-il. On travaille tous à  la mine mais je suis photographe, Dasha est graphiste. Tu as bien vu : on est poètes, musiciens, dessinateurs, peintres, comédiens, ingénieurs du son, violonistes ! Il n'y a pas de marché ici pour qu'on en vive, Norilsk est trop loin de tout, l'art est un hobby, on n'a pas le choix, mais on le vit à fond, en le partageant avec les autres. C'est aussi et surtout ça, Norilsk... Je t'en prie, dis-le dans ton livre : dis-leur que notre ville mérite mieux que ça. "

Le message est passé.

Caryl Férey adore voyager, picoler, rigoler. Mais avant tout, il aime rencontrer les gens. Un livre drôlement émouvant qui se lit très vite, trop vite. C'est comme recevoir un  vieux copain à son retour de voyage et l'écouter raconter ses frasques autour d'une bonne bouteille.  Ne vous en privez pas, vous passerez une bonne soirée !

Le site de la photographe Elena Chernyshova   pour le plaisir des yeux.

J'ai extrait ces 4 photos de sa magnifique exposition qui est passée par Brest en 2015. La couverture du livre en est issue, ce qui n'est mentionné nulle part grrrr...

Days of Night/Nights of day  Ici

 

norilsk5

Anna Vasilievna Bigus, déportée à 19 ans, 10 ans de goulag, n'est jamais repartie

norilsk17

La plus grande avenue de Norilsk, 2,5 km, construite par les Zeks

norilsk32

Un jardin à l'intérieur, forcément 

c8794563-2e84-4a10-8573-7eb511329c96

 Atmosphère atmosphère...

 

Norilsk      Caryl  Férey      Editions Paulsen

 

Posté par Moustafette à 06:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 1 janvier 2018

Une livre de voeux !

201712PAINT

       Quoi de mieux que cette jolie boîte pour vous souhaiter

une merveilleuse année littéraire et tout et tout !!!

Posté par Moustafette à 10:25 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

samedi 30 décembre 2017

Côme again ?

 

2017-12-28-20-47-55-Nous avions laissé le narrateur à Côme  alors qu'il s'apprêtait à quitter la fondation Rockfeller où il était en résidence littéraire. Dans ce même Côme, l'auteur ne cachait pas son appétence certaine pour l'alcool. Rien d'étonnant donc à ce que nous le retrouvions à Belgrade, quelques années plus tard, traînant sa neuropathie alcoolique et son abstinence dans les rues de sa ville. Tout heureux d'avoir retrouvé l'usage de ses jambes, il déambule au gré de ses humeurs dans une capitale serbe en mutation ; nous sommes en hiver 2004-2005, les années de guerre ne sont pas si loin. 

Fort de cette épreuve qu'il vient de traverser, fauteuil roulant, soins, rééducation, convalescence en maison de repos, c'est par la marche, ses "promenades thérapeutiques", que l'auteur va se réapproprier son corps, apprivoiser la douleur, retrouver sa ville et, qui sait, sa raison d'être. Multiples déambulations qui sont autant d'occasions de faire remonter les souvenirs. Bistrots, jardins, rencontres, décès, naissances jalonnent un quotidien qu'il partage avec le lecteur par le biais de son journal dans un style volontairement minimaliste.

"Je suis couché et, couché, je me prépare à repartir. A 15h10 je suis complètement pris par cette préparation, de toutes les manières possibles, pour partir vraiment. Mes jambes, allongées, se préparent aussi à leur façon. Tout le reste est déjà prêt, moi, mon corps, on attend les jambes. Les jambes sont moins impatientes, là se concentre maintenant tout ce qui me reste d'intelligence."

Qui a failli en perdre l'usage comprendra l'obsession de l'auteur pour ses jambes et ses pieds.

Le journal est émaillé de fragments de textes se rapportant à son séjour en maison de repos où il se retrouve handicapé parmi d'autres handicapés, une seule idée en tête, sortir, marcher tant bien que mal dans le parc, être au contact de la nature, l'observer, s'en imprégner comme pour se laver de toute la souffrance qui l'entoure. Clins d'oeil à des auteurs, des films, des morceaux de musique, brèves évocations de son séjour à Côme, parsèment également le récit.

N'allez pas croire que ce livre est triste et plombant, même si, j'en conviens, en cette période de festivités il y a plus réjouissant comme lecture ! Non, point de pathos. L'auteur sait faire preuve d'humour face à sa condition d'être souffrant et diminué, mais qui ne regrette rien et surtout pas, fut un temps, d'avoir brûlé la chandelle par les deux bouts.

"Ferme les yeux et entre dans la douleur ! N'attends pas que la douleur passe, passe toi-même à travers elle ! Les nerfs ont besoin d'un Otis Redding ! Fais-leur écouter de la soul ! Je me lève et je mets cette musique et je me rallonge sur le tapis. Et je referme les yeux. La douleur s'étire. Je résonne et je lévite, j'arrive à voyager à travers tout ça, de plus en plus calme, sur le tapis..."

C'est une lecture en demi-teinte. Ce récit n'a pas la grâce et la beauté qui m'avaient transportée à la lecture de Côme. Mais j'ai retrouvé avec plaisir ce dilettante de la vie, devenu encore un peu plus adepte de l'ici et maintenant, savourant ce que lui offre le présent. Chantre de la lenteur, et pour cause, toujours empli d'humanité, pas aigri pour autant, l'auteur nous convie à une belle leçon de philosophie. Carpe diem !

"A 18h05 précises, je m'aperçois d'une chose et j'en tire une conclusion : je suis dehors depuis deux bonnes heures et je n'ai pas encore vu les moineaux. Ils ne sont nulle part, j'en suis presque persuadé, ils se sont mis à l'abri du froid. Ils sont si petits et quand ils ne sont pas là, leur absence est si grande.." 

 

Journal de l'hiver d'après   Srdjan Valjarević (traduit du serbe par A. Grujičić)  

Editions  Actes  Sud

 

pied_002

Posté par Moustafette à 20:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 27 décembre 2017

Mais qu'est-ce que c'est que ce souk ?!!!

Ouh là là ... que de poussière ! Il est temps de remettre un peu d'ordre dans ce Souk.

Voilà plus de cinq ans que ces pages sont devenues le royaume de publicités diverses et (a)variées...

Cinq ans déjà ! 

Cinq belles années pendant lesquelles mon enracinement en terre bretonne s'est affirmé au point de vivre bientôt (enfin) sur la côte finistérienne pour le plus grand plaisir des yeux comme le prouve la nouvelle bannière de ce blog. Beaucoup de beaux voyages aussi sous des cieux lointains, de vieux rêves enfin réalisés, de nombreuses lectures bien sûr mais également de nouvelles activités professionnelles. Bref, la vie quoi !

S'il va falloir reprendre quelques habitudes, je ne serai sans doute pas aussi productive qu'avant même si je continue à dévorer les livres de façon déraisonnable.

Alors à bientôt peut-être si vous repassez par ici ! 

 

 

menage_019

Posté par Moustafette à 21:47 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
samedi 2 juin 2012

Farniente breton

spezetmaison10

Un air de village méditerranéen ?

spezet00

Si ce n'est la boîte aux lettres, ce pourrait être aussi l'Irlande ?

montagnesnoires01

J'ai juste traversé le village de Spézet,
croisé la vierge des Montagnes Noires perdue en pleine forêt
et mis le cap au sud

pav13 

Moulins, maisons, lavoirs, chaos, tout est beau

pav9

dans le petit village de Pont-Aven où même à 10h du matin
il est bien difficile de faire des photos sans qu'y apparaisse l'ombre d'un touriste.
J'ai repoussé à contre-coeur ma visite du musée investi par une horde d'Américains bruyants.
(pour info, le musée ferme ses portes pour plus d'un an en septembre prochain)

collage54

J'ai garé ma 206 ailleurs pour ne pas gâcher le paysage des riches...

pavwc

Ici même les WC publics ont de la classe !

collage55

J'ai délaissé les galettes de chez Traou Mad pour une chocolaterie des plus tentatrices
mais la chaleur m'a permis de résister au moindre achat, j'y reviendrai en hiver !!!
(les gourmandes peuvent agrandir la photo)

ptetrevignon0

Encore plus au sud. Tiens, une plage déserte rien que pour moi ?
D'où l'avantage de prendre son lundi de Pentecôte le mardi...

ptetrevignon4

Un goéland est venu partager mon pique-nique, un bar au menu pour lui
Lecture au rythme des vagues et d'une brise rafraîchissante pour moi.
Et premier bain de mer de la saison !

Posté par Moustafette à 15:51 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
samedi 26 mai 2012

Un secret bien gardé...

9782072448782

Un notaire hésite entre sourires et larmes à l'ouverture du testament d'une de ses vieilles clientes sous le charme de laquelle il est tombé dès leur première rencontre bien des années plus tôt.  Madame Ysmay Shaw s'étant éteinte, il peut enfin lire les deux manuscrits qu'elle lui a fait parvenir. Il a pour ordre de les détruire après lecture.
Nous pouvons remercier Dick Coad d'avoir le démon de l'histoire et de l'écriture et de ne pas avoir obéi aveuglément aux dernières volontés de la belle Yz, il nous aurait privé d'un bien joli roman !

Le premier manuscrit relate la vie d'Yz à partir de ses vingt trois ans. Nous sommes en 1945, elle vient d'épouser Ronnie Shaw et emménage sur les falaises de Sibrille dans le phare appartenant à la famille de son mari près de la ville de Monument. Nous suivons le couple dans son installation, la complicité d'Yz avec sa belle-mère, la naissance de leur fils, Hector, de son enfance jusqu'à son départ à l'adolescence, les hauts et les bas de la vie conjugale, les difficultés économiques. Le récit nous entraîne à Dublin jusqu'à l'orée des années 70 alors que le conflit en l'Irlande explose au Nord. 

"J'étais une créature des saisons de Sibrille. L'été, je m'allongeait en haut des falaises festonnées de fleurs sauvages pour lire en m'émerveillant devant l'immensité de la mer. L'automne, je voyais enfler les eaux, fuir les couleurs, s'estomper les falaises. (...) En hiver, les seize heures de nuit coupaient Sibrille du monde extérieur et rapprochaient les gens, les solidarisaient. (...) Avec mars venaient les tempêtes. C'était alors qu'Hector me manquait le plus car je nous revoyais assis côte à côte derrière la vitre épaisse, quand il était petit, à regarder la fureur de la mer, blottis l'un contre l'autre à chaque nouveau fracas des vagues, anticipant le prochain assaut venu du large dont nous suivions la progression à travers les fenêtres givrées et criant dans un charmant unisson." 

Le second manuscrit s'étend de 1943 à 1945, et ce retour en arrière nous fait entrer dans la famille d'Yz alors qu'elle vit encore avec ses parents, des anglo-irlandais propriétaires de nombreuses terres inexploitées que la Commission agraire voudrait récupérer pour les paysans sans terre. Ses frères et soeurs s'éloignant, pris par leurs études, leurs amours ou encore l'armée, Yz reste seule à Longstead entre une mère un peu bohème et un père affaibli par la maladie,  c'est alors qu'elle fait la connaissance de Ronnie, issu lui aussi d'une vieille famille anglo-irlandaise dépossédée d'une partie de ses biens par la même Commission. Nous allons découvrir ce qui a uni ces deux jeunes gens, lui l'homme de la côte et elle la fille des terres.

"Une jolie fille qui préfère un jardin solitaire à une maison pleine de monde. Il y a toutes les chances qu'elle aime la mer."

C'est un peu plus compliqué que ça, évidemment ! Mais il est impossible d'en dire plus sans casser le charme de ce livre, car charme il y a.

D'abord, celui de cette vie dans le décor sauvage décrit plus haut. Et pourtant, à mi-lecture du premier manuscrit, malgré cet aspect alléchant j'ai eu du mal à voir où l'auteur voulait en venir. Je trouvais qu'il manquait un peu de consistance à la narration des différents épisodes ainsi qu' aux divers personnages, que l'intrigue était trop synthétique, que ça allait trop vite, qu'on avait pas le temps de se poser. Mais c'était sans compter sur le talent de l'auteur qui, dans le second manuscrit, nous réserve de belles surprises qui éclairent notre lanterne et ont eu vite fait de balayer mon léger scepticisme.
Charme également de la belle Yz qui, au travers son histoire, nous offre le portrait émouvant d'une femme de caractère ainsi qu'une belle histoire d'amour - et vous savez que ce n'est pourtant ma tasse de thé ce truc là !
Enfin, le charme opère surtout grâce au contexte historique, la situation des anglo-irlandais, la neutralité de l'Irlande pendant la seconde guerre mondiale, et bien sûr l'IRA, incontournable - on n'est pas chez Sjor Chalandon, ne vous méprenez pas non plus. Tout cela donne une trame enrichissante qui évite de tomber dans une banale bluette.

"En somme, nous formions une race nouvelle, née d'implantations successives depuis les temps médiévaux, mais une race de ratés, même selon les critères les moins sélectifs. Nous n'avions pas réussi à conserver le pays que nous avions été chargé de coloniser, pas réussi à cohabiter avec les gens que nous étions censés mettre au pas."

J'ai piqué cette très bonne idée de lecture, et je l'en remercie chaleureusement,  à Un autre endroit
Ce livre fait partie d'une série qui a pour cadre la ville imaginaire de Monument, c'est le second traduit en français. Le site de l'auteur ICI

La mer et le silence     Peter Cunningham     Editions Joëlle Losfeld

phare_010

Posté par Moustafette à 19:45 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 23 mai 2012

Bref de comptoir

9782742795161Au détour d'une promenade dans le centre du Caire, les pas du narrateur le mènent au Karnak Café tenu par la très belle Qurunfula.
Il reconnaît en elle une célèbre danseuse des années 40 qui a enchanté son adolescence et révolutionné la danse orientale.
Le narrateur prend ses habitudes parmi les joueurs de trictrac et les étudiants qui s'y retrouvent quotidiennement.

"L'autre secret, c'est qu'il rassemblait - et rassemble encore - un groupe de voix pertinentes dont les murmures et les exclamations épelaient les vérités de l'actualité."

Nous sommes dans le milieu des années soixante et si la révolution nassérienne de 1952 a rétabli la fierté de tout un peuple, des scissions apparaissent, la police politique est à l'oeuvre, traquant communistes et Frères musulmans, des étudiants disparaissent, réapparaissent, les commentaires se font plus prudents, l'atmosphère du Karnac Café devient de plus en plus lourde, jusqu'au coup de tonnerre de Juin 1967 qui signe la défaite des nations arabes contre Israël lors de la Guerre des Six jours.

En témoin de son temps, l'auteur nous livre ici non pas un roman foisonnant, comme il sait si bien le faire, mais un court texte dont l'unique décor est la scène de ce petit café sur laquelle défilent les différents acteurs qui permettent à l'auteur de nous livrer une réflexion synthétique sur le pouvoir, la corruption, et les dérives du président Nasser.
Le livre prend sur la fin des allures de conte philosophique, entre sagesse des anciens et engouements de la jeunesse, et laisse ouverte la porte sur l'avenir.

"Ils attendaient.
Mais qui n'attend pas ?"

L'auteur, prix Nobel de littérature, est décédé en 2006 et nous ne saurons jamais ce que lui auraient inspiré la récente révolution en Egypte et le printemps arabe.
Mais une chose est certaine, c'est toujours au fond des cafés qu'on refait le monde et que s'y réfugient les amoureux...

Karnak Café     Naguib Mahfouz     Editions Actes Sud

cafe2

Posté par Moustafette à 12:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :