lundi 29 août 2011

Jack, ça va ?

Jack Taylor va bien. Il sort de l'hôpital psychiatrique !Il faut dire que ses dernières aventures ( Le dramaturge) l'avaient laissé plutôt exsangue suite à la mort de la petite fille de ses amis Jeff et Cathy.C'est donc un Jack Taylor chargé aux neuroleptiques que l'on retrouve déambulant dans sa bonne ville de Galway en compagnie de ses fantômes dont la liste ne cesse de s'allonger. Faut croire que le sort a décidé de s'acharner sur lui. Si, à la sortie de l'HP, ses potes ne sont pas au rendez-vous, le sympathique père Malachy... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 07:07 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

jeudi 25 août 2011

Casse-tête balkanique

Au risque de vous lasser , mais j'assume, je poursuis ma balade littéraire balkanique. Cette fois, c'est du côté de Dubrovnik que ma lecture m'entraîne.Le livre s'ouvre en 2002 sur le décès de Regina, à quatre-vingt dix-sept ans, alors qu'elle a sombré dans la folie depuis quelques mois et qu'elle rend impossible la vie de sa fille Diana et de ses petits enfants. Le lieu : Dubrovnik donc, principal théâtre de l'intrigue, même si c'est aux quatre coins d'un territoire pris, tour à tour,... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 07:11 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
dimanche 21 août 2011

Cinémascope

1980 a marqué un tournant dans l'histoire de la Yougoslavie.Pour le narrateur, cela a eu lieu à l'Uranie, salle de cinéma de Kraliévo, une petite ville de Serbie. Pour lui comme pour les autres spectateurs, il y aura un avant et un après cet après-midi de Mai. "Il s'est fait un grand, un total silence. Celui qu'on appelle un silence de mort. De tous les sons il est seulement resté le murmure des écaillures qui se détachaient du ciel de la salle... Un peu plus tôt, sous un certain angle, on pouvait... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 12:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
samedi 13 août 2011

La croisière s'amuse

Direction le Grand Nord pour un interlude rafraîchissant ?Il vous faudra embarquer sur Le Ewa en partance pour l'archipel du Spitzberg sous le commandement de Sigmund et Georg, vieux loups de mer respectivement capitaine et pilote des glaces. La croisière réunit, équipage compris, une vingtaine de personnes de toutes nationalités dont la fantasque Bea, caricaturiste de profession, la trentaine alerte et la répartie cinglante. On sait bien vite que cette croisière est pour elle l'occasion de régler un vieux... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 16:16 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
mardi 9 août 2011

Un doux dilettante

Villa Maranese, sur les bords du lac de Côme,  propriété de la fondation Rockfeller. Hors du temps, des tourments du monde et de ses contingences matérielles, ce lieu accueille en résidence scientifiques, universitaires et artistes de tous pays, afin de leur permettre de mener à bien leurs travaux. C'est  là qu'un matin le narrateur se réveille avec une sacrée gueule de bois. Après une soirée bien arrosée, il a quitté la veille son ex-pays, la Yougoslavie, en plein éclatement,... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 14:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
mercredi 20 juillet 2011

La yourte aux myrtilles

Et si, dans la kyrielle de flics alcooliques, caractériels, frustes, taciturnes, réfractaires à toute hiérarchie etc etc...  on ajoutait l'inspecteur Yesügei exerçant ses talents d'enquêteurs dans la ville d'Oulan Bator ?  "Mêm s'il portait le prénom de Yesügei le Preux, chef du clan des Torrents et père de Gengis Khan, ce Yesügei-ci n'était pas de leur lignage. Il n'avait pas été bercé, comme ses illustres ancêtres, dans des langes de zibeline (...). Yesügei ne faisait peut-être même pas partie de ces hommes -un sur... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 12:25 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

vendredi 15 juillet 2011

Enardite aiguë

Citant, dans le livre précédemment chroniqué, "les vers d'Essenine, le pendu de Pétersbourg, j'irais bien sur le Bosphore, là dans tes yeux j'ai vu la mer, un magnifique incendie bleu.", l'auteur faisait un clin d'oeil à son dernier roman. Comme lui, j'ai aussi fait le voyage. Au regard des nombreuses critiques, je serai brève. J'ai beaucoup lu que ce court roman manquait de souffle, sans doute aurait-il pu bénéficier d'un étoffage conséquent digne de l'oeuvre colossale du personnage principal. Mais peu m'importe,... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 07:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
dimanche 10 juillet 2011

La nostalgie camarade...

Quoi de mieux qu'un long voyage en train pour voir défiler le film de sa jeunesse sur l'écran des paysages qui s'étendent entre Moscou et Novossibirsk  où Mathias accompagne le corps de son ami Vladimir afin de l'enterrer dans sa vie natale. Un long tête à tête pour Mathias qui revient sur son amour pour Jeanne. Jeanne, rencontrée à Paris à dix-huit ans et qui l'a quitté pour faire un doctorat à Moscou. Jeanne qui lui a présenté Vladimir. Jeanne qui l'appelle à nouveau quand... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 13:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
samedi 18 juin 2011

Marie-Blanche ou l'oubli !

Qu'il était passionnant cet entretien avec l'auteur ! (vous pouvez l'écouter ICI.)Et qu'elle semblait touchante l'histoire familiale qui devait nous narrer le destin tragique de la mère de l'auteur qui fut victime d'une filiation trouble, d'une mère plutôt toxique, d'un oncle incestueux et de déracinements successifs qui conduisirent rapidement Marie-Blanche à noyer ses blessures dans l'alcool et à séjourner dans des établissements psychiatriques pour finir par s'échapper définitivement de la vie en passant par une fenêtre. Tous... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 12:50 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
lundi 13 juin 2011

Verba volant, scripta manent

On a coutume de dire que la lecture est une activité solitaire. Rien n'est moins sûr...Adam Lozanitch, étudiant en lettres et correcteur à ses heures, se plonge dans la lecture de "Ma Fondation", ouvrage publié à compte d'auteur en 1936 par un certain Anastase Branitza. Pour une somme mirobolante, un homme propose à Adam d'apporter des corrections conséquentes à l'ouvrage. Soulever la couverture de maroquin rouge va s'apparenter à une originale traversée du miroir et confirmer l'étrange sensation qui envahie le jeune homme depuis... [Lire la suite]
Posté par Moustafette à 00:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]