51e+rZjlJtLBerlin-Est, Février 1975. Le corps d'une adolescente est retrouvé au pied du "Rempart antifasciste" comme l'on nomme sobrement le Mur côté RDA. Problème, tout laisse à croire que, contrairement au scénario habituel, la jeune fille a été abattue alors qu'elle fuyait l'Ouest. Lorsque que Karin Müller, lieutenant de la Kripo (Kriminalpolizei), arrive sur place, la Stasi est déjà sur le coup en la personne de Klaus Jäger. Ce haut gradé a déjà tiré des conclusions officielles, il demande à Müller de les corroborer et lui propose un marché non négociable, la Kripo garde le contrôle de l'enquête à condition de ne pas nuire à l'idéologie socialiste...

"La victime a donc réussi à escalader un mur de quatre mètres de haut, à traverser la piste de contrôle, à échapper aux chiens de garde et aux gardes-frontières est-allemands avant d'escalader un autre mur de quatre mètres - le tout sous une pluie de balles venue de l'Ouest ? résuma Müller, espérant que son incrédulité ne sonnait pas comme un sarcasme pur et simple."

Parallèlement à l'enquête, nous découvrons en mer Baltique l'île de Rügen et surtout Prora, ancienne station balnéaire conçue par Hitler pour les travailleurs du Reich, qui abrite désormais une maison de correction pour mineurs. Nous faisons connaissance avec deux adolescentes, Irma et Beate, qui y sont déjà retenues neuf mois avant que ne débute l'enquête de Müller à Berlin. Inutile de dire que la vie qu'elles y mènent est plus proche de l'univers carcéral que du centre de villégiature. Gottfried, professeur et mari de Karin Müller, peut en témoigner puisqu'il y a été enseigner quelques mois car " banni pour n'avoir pas su instiller assez de fanatisme partisan à ses élèves berlinois ".

Müller, bonne citoyenne, fière de son pays et camarade lieutenant reconnue, aura fort à faire pour concilier sa loyauté au régime et ses convictions professionnelles et personnelles, d'autant plus que Klaus Jäger, personnage trouble et énigmatique, joue le chaud et le froid avec elle. Mais n'en va-t-il pas de même avec ses collègues, ses voisins, son mari ? Stasi quand tu nous tiens !... Les flics eux-mêmes ne sont pas à l'abri.

Que voilà un polar instructif ! C'est tout un mode de vie et de pensée que nous offre David Young. Bien qu'anglais, il a su à merveille récréer l'ambiance pesante et grise de la capitale est-allemande grâce aux nombreux petits détails spécifiques dont il parsème son récit, les incontournables Traban et Wartburg, le Vita Cola et les cornichons du Spreewald, l'emblématique tour de la télévision et l'Alexanderplatz, le jeu Pebe et l'appareil photo Praktica, la pollution due au chauffage au charbon, les montures de lunettes et les regards fuyants, les rassemblements dans les églises comme lieux de protestation, les réflexes quand on sort ou entre quelque part etc...  Une atmosphère de suspicion qui oblige à une gymnastique mentale permanente, qui colle à la peau et dont souvent les responsables ne se cachent même pas, car tous les moyens sont bons pour vous faire passer de l'autre côté au nom de la Sécurité de l'Etat. Le quotidien des maisons de correction, hélas, n'échappe pas à la règle. 

Il y a quelques semaines, le journal Ouest-France publiait justement un article concernant les archives de la Stasi qui ont été déchirées à la main, tant les broyeurs de papier ne suffisaient plus, entre Novembre 89 et Janvier 90.  Impressionnant

 

Stasi Child    David  Young   (traduit de l'anglais par Françoise Smith)   Editions 10/18

 

berlin-germany-at-wall-map