9782330001339Inspecteur à Edimbourg, Fin Macleod s'en revient dans son île natale afin de comparer le modus operandi d'un meurtre, qui vient d'être commis sur l'île Lewis, à celui dont il s'occupe dans la capitale écossaise.
Venant lui-même de perdre son fils de huit ans, inutile de vous dire qu'il n'est pas au mieux de sa forme. Il appréhende ce retour aux sources qui, inévitablement, va le confronter à ses fantômes et aux événements tragiques qui ont précédé son départ, pour ne pas dire sa fuite dix-huit ans auparavant. Tous ses vieux copains sont au rendez-vous, son amour de jeunesse aussi et si la victime, Angus Macritchie, a fait les quatre cents coups avec eux lorsqu'ils étaient gamins puis ados, il n'était pas des plus appréciés étant un faiseur d'embrouilles doublé d'un terrible castagneur. Il est donc un lien qui les relit tous et les motifs de vengeance ne manquent pas.

"Au moment où ils quittèrent la couche nuageuse, basse et épaisse, Fin put voir la mer d'ardoise qui se brisait en éclats blancs sur les longs doigts de roche noire qui avançaient depuis la péninsule d'Eye, un bout de terre sauvagement découpé appelé Point par les insulaires."
 
Au moment où Macleod débarque sur l'île, un autre événement se prépare, la fameuse chasse aux gugas, ces fous de bassan venus nidifier sur des falaises vertigineuses. C'est une tradition qui se veut presque un rite initiatique pour un ou deux jeunes choisis chaque année pour accompagner les plus anciens pendant deux semaines sur l'îlot d'An Sgeir , désert et battu par les vents. Macleod fait partie du cercle très fermé de ceux qui y sont allés en son temps.

"Il faut que tu le saches, Fin. C'est une règle non écrite. Tout ce qui se passe sur le rocher reste sur le rocher. Ca a toujours été comme cela, et ça le restera."
 

Voilà un livre autour duquel je tournais depuis un bon moment, retenue par la crainte d'être confrontée pendant plus de 400 pages à un huis-clos violent sur un morceau de caillou aride où un tas de chasseurs machos et égrillards, abreuvés de whisky et du sang issu d'un carnage de volatiles innocents, se livreraient à des bacchanales celtico-gaéliques. Bon, je vous rassure tout de suite, non seulement nous n'avons pas droit à des meurtres sortis d'un cerveau de psychopathe évadé d'une UMD, mais en plus, et je l'en remercie, l'auteur ne nous roule pas dans les plumes, le sang et le guano à longueur de pages, il nous épargne les détails des regards éplorés des oisillons qu'on assasine sous les yeux de leurs parents impuissants... Ceci étant dit, je m'en serais mordu les doigts d'être passée à côté de ce livre. Une fois harponnée, je ne l'ai plus lâché et pour tout vous dire, j'ai même été acheter hier le second de la série (impossible d'attendre une sortie poche) afin de parcourir à nouveau les sentiers de l'île Lewis.

 Il se dégage de ce roman tourmenté une mélancolie tout à la fois sauvage, passionnée et magique. Sauvage comme les étendues de dunes et de tourbières qui surplombent les côtes, passionnée comme la vie des îliens tourneboulés par les raffales de vent incessantes, magique car, pour qui connait l'Ecosse, il se dégage de ce pays une atmosphère ensorcelante et vivifiante qui donne envie de se couler, corps et âme, dans l'envoûtante lumière qui baigne son territoire.

 Laissez Fin Macleod vous prendre par la main pour une balade entre rudesse et nostalgie, dans des paysages magnifiques qui servent de toile de fond aux réminiscences d'un passé à première vue austère, mais derrière lequel se dissimulent les joies et les peines de l'enfance, les tourments et les turpitudes de l'adolescence et qui, confrontés au présent, éclatent avec panache dans la noirceur du ciel.

"Les gens nés dans les années cinquante décrivent parfois leur enfance en évoquant des tons bruns. Un monde sépia. J'ai grandi dans les années soixante et soixante-dix et mon enfance fut violette."

Ces vieux loups de mer et ces gamins sauvages repliés sur leurs secrets m'ont littéralement raptée ! Au point que je suis allée farfouiller dans une malle pour en extirper quelques photos qui donnent un aperçu de l'ambiance, en espérant qu'elles vous feront plonger au plus vite dans ce très beau roman et, pourquoi pas, vous donneront envie d'aller faire un tour en Ecosse.

L'avis d'ALAIN

L'île des chasseurs d'oiseaux     Peter May     Editions  Babel Actes noirs


ecosse0

Ullapool
En attendant le ferry pour Lewis

écosse7

Lewis, patience sous l'averse...

ecosse8

Des paysages lunaires où on a parfois l'impression
de marcher sur l'eau.

collagecosse0 

En automne, tourbières dans les Highlands.

collagecosse1

Un château transformé en auberge de jeunesse
et à droite un aperçu de Lewis.

collagecosse2

"Le temps changeait constamment. La lumière et l'ombre se succédaient en permanence,
l'une derrière l'autre, pluie, soleil, ciel d'orage, ciel bleu. Et les arcs-en-ciel.
Mon enfance en est pleine. En général, par paire. Nous en vîmes un ce jour-là, qui se formait
rapidement au-dessus des tourbières. Ses couleurs éclataient contre le plus noir des ciels d'orage.
Une beauté qui vous laissait muet."

ecosse9

Entre Inverness et Ullapool, la région des lochs à la tombée du jour.

"Dans le ciel d'août, une fine bruine masque les étoiles mais la lune, aux trois-quarts pleine,
parvient tout de même à projeter sa lumière fantomatiques sur le sable laissé humide
par la marée descendante. Avec douceur, la mer va et vient sur la plage. L'écume phosphorescente
libère des bulles argentées qui restent accrochées au sable doré."

ecosse19

Vite, vite
un téléphone pour réserver un vol
et y retourner !
En Ecosse, l'automne y est splendide.