9782910233945J'ai passé une mauvaise nuit. Il n'est jamais bon de se coucher en colère !

M'est revenu en mémoire ce petit bijou d'Etienne de La BOETIE "Discours de la servitude volontaire " paru en 1576. Voilà qui ne nous rajeunit pas, mais ce cexte est d'une étonnante actualité. L'auteur y pose la question de la légitimité de l'autorité et y expose les stratégies des "maîtres" afin de se maintenir au pouvoir. Sanction et répression certes, mais surtout habitude des peuples à se soumettre. Et pire, la capacité qu'ont les dominés à entretenir la domination des tyrans !

Extrait: " Il y a trois sortes de tyrans. Les uns règnent par l'élection du peuple, les autres par la force des armes, les derniers par succession de race.(...).Quant à celui qui tient son pouvoir du peuple, il semble qu'il devrait être plus supportable; il le serait si dès qu'il se voit élevé au-dessus de tous les autres, flatté par je ne sais quoi qu'on appelle grandeur, il décidait de n'en plus bouger.(...) Il est étrange de voir combien il surpasse en toutes sortes de vices, et même en cruautés, tous les autres tyrans. Il ne trouve pas meilleur moyen pour assurer sa nouvelle tyrannie que de renforcer la servitude et d'écarter si bien les idées de liberté de l'esprit de ses sujets que, pour récent qu'en soit le souvenir, il s'efface bientôt de leur mémoire(...).Ceux qui sont élus par le peuple le traitent comme un taureau à dompter "

La Boétie ne regardait pas TF1, mais confirme qu'abêtir les masses est la clef de voûte de tout assujettissement: " ...Ainsi les peuples abrutis, trouvant beaux tous ces passe-temps, amusés d'un vain plaisir qui les éblouissait, s'habituaient à servir aussi niaisement que les jeunes enfants apprennent à lire avec des images brillantes. ". La Boétie illustre son discours d'exemples grecs et latins; les jeux du stade sont devenus cathodiques, les farces ont pris des allures de Paris plage et les paillettes de la consommation, jetées aux yeux du  peuple, l'aveuglent . Notre père qui êtes à la caisse, donnez nous nos crédits quotidiens, et nos politiques gouverneront tranquilles !

La Boétie est né à Sarlat, on peut encore y visiter sa maison. Il fut l'ami de Montaigne. Ils se rencontrèrent grâce à ce texte qui circulait sous le manteau. Il était censé être écrit par un jeune homme de 18 ans. Il ne fut publié que 13 ans après la mort de l'auteur. La Boétie est considéré comme le précurseur de la désobéissance civile. Ne désespérons pas de notre jeunesse ....

Discours de la servitude volontaire     E . de La BOETIE     Editions des 1001 nuits